Le Syndicat intercommunal du canal des Alpines septentrionales (Sicas) ne peut plus se passer de l’application développée spécialement pour eux par la start-up montpelliéraine Eneo. Basé à Saint-Rémy-de-Provence, le gestionnaire confie à trois de ses cinq gardes depuis trois campagnes le renseignement de l’utilisation de l’eau sur une application pour smartphone. Sur le terrain, chacun peut vérifier les surfaces irriguées et les déclarations des utilisateurs du réseau.

« Nous nous partageons un territoire important, détaille Félix Aubery, l’un des gardes. Les 120 km de canalisations du réseau desservent des parcelles sur vingt communes. L’application facilite notre travail de relevé. Nous n’avons plus à utiliser les cartes cadastrales. Une cartographie avec un code de couleur apparaît sur le téléphone selon que les volumes d’eau sont déclarés ou non. Nous pouvons modifier les informations et facilement dresser les procès-verbaux, si cela est nécessaire. Au bureau aussi, nous ne nous dispersons plus sur différents logiciels d’information géographique. Le gain de temps sur ces missions est considérable. »

© V. Gobert/GFA

Plus d’autonomie

L’application peut collecter les données enregistrées en l’absence de réseau. Les procès-verbaux sont ensuite directement envoyés sur les messageries des gardes. « Avec le passage à ce mode de traitement, nous avons tous dû adopter un nouveau fonctionnement sur smartphone, confie Félix. Le changement d’habitude n’a pas été facile pour tout le monde mais aujourd’hui nous ne reviendrions pas en arrière. »

C. Le Gall