Le stand de Quanturi au dernier Salon de l’herbe ne payait pas de mine et pourtant, il y avait foule autour de la petite tente. À voir le nombre d’éleveurs intéressés par la solution Haytech, on comprend que la prévention des incendies dans les stockages de fourrages est une préoccupation majeure. Un fait confirmé par Groupama, qui encourage financièrement plusieurs start-ups proposant des solutions pour pallier ce problème.

Le dispositif Haytech se compose de sondes de température, d’un relais et d’une application sur internet. Au moment de rentrer ses balles de foin, l’éleveur insère une sonde, qui ressemble à un marteau, au cœur de chaque balle qu’il souhaite utiliser comme témoin. Les sondes sont bien visibles sur la balle grâce à la couleur rouge et portent un numéro qui facilite leur identification en cas de problème. Elles intègrent aussi une alarme sonore qui simplifie la localisation de la zone à risque. Chaque sonde est alimentée par une pile dont l’autonomie est de cinq ans en conditions normales. Cette pile peut être remplacée par l’éleveur.

Transmission par ondes radio

Les informations envoyées par les sondes sont collectées par un relais installé au bureau ou à la maison. Les données sont transmises par ondes radio avec une portée de 1 à 3 km. Le relais est connecté à internet via un câble Ethernet. Pour l’éleveur, tout se passe sur internet ou sur son smartphone avec une application web accessible à partir du compte d’utilisateur sécurisé et privé.

Un graphique clair affiche l’évolution de la température du fourrage en temps réel. Dès que le logiciel détecte une situation anormale, l’éleveur est averti par sms. Le pack de démarrage de Haytech comprend 25 sondes mais un relais est capable d’en gérer jusqu’à 500. Cette solution est disponible à la vente en France.

C. Le Gall