« Nous allons tester les nouvelles technologies numériques, indique Denis Gautier, responsable du site. Le but est de tirer profit des dernières innovations pour diminuer la charge de travail des éleveurs et améliorer leur revenu. [...] Depuis quelques mois, les boucles à très hautes fréquences sont testées. Elles permettent de lire simultanément les boucles de plusieurs dizaines d’animaux circulant au travers d’un large couloir. Il s’agit de voir si l’enregistrement peut être utilisé directement pour suivre les mouvements d’animaux. »

Les boucles à ultra-hautes fréquences. © M-F. Malterre/GFA

Pesée automatique

Autre projet à l’étude, la mise au point d’un prototype de bascule pour peser automatiquement les animaux, soit à partir d’un couloir intégré à un parc de contention, soit dans un lot. Le principe de la pesée automatique devrait être mis à profit pour les traitements antiparasitaires. Un pistolet relié à cette bascule serait le moyen d’apporter précisément la dose de produit et de réaliser des économies.

Un herbomètre connecté

L’herbomètre connecté est toujours lui aussi toujours en test. Le travail de l’Institut de l’élevage consiste à tester et à développer l’utilisation du Grasshopper pour la gestion du pâturage. Son originalité repose sur l’utilisation des technologies Bluetooth et GPS. Les transferts de données sont automatisés, ce qui permet de gagner en rapidité d’accès aux données.

© M.-F. Malterre/GFA
Marie-France Malterre