« Moi, j’ai vu mes parents travailler toute leur vie, sans relâche. Aujourd’hui, ils sont usés, ils n’ont pas de retraite parce qu’ils n’ont plus de coudes, plus d’épaules, plus de dos. » Ne pas partir à la retraite, « usé et cassé » comme ses parents, est ce qu’Aline Dronne a le plus entendu au cours de son enquête (1) menée auprès d’éleveurs...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !