« Je trouvais des porcelets écrasés sous leur mère régulièrement mais le jour où j’en ai perdu huit sous la même truie, je me suis dit qu’il fallait trouver une solution. » Étudiant en sciences dans l’Iowa, l’État qui élève le plus de porcs aux États-Unis, Matthew Rooda finance ses études en travaillant pour l’un des plus importants naisseurs de la région. C’est en conjuguant ses intérêts pour la science et l’élevage des porcs qu’il a mis au point son prototype SwineTech.

Une solution amovible

Plutôt qu’une modification des cases de maternité, comme le propose le néerlandais Nooyen (lire l’article sur ce dispositif hydraulique), Matthew a opté pour une solution portée par chaque truie.

« Le SwineTech est un hybride entre un collier anti-fugue pour chien et un bracelet de monitoring pour les sports », explique l’inventeur. Le dispositif, garni des capteurs sonores, est attaché autour de la truie avec des patchs. Un algorithme analyse en permanence les bruits émis par les porcelets. Dès que ces derniers lancent des cris de détresse, précurseurs d’un écrasement, le SwineTech émet une vibration puis une petite impulsion électrique. Selon Matthew, la tension électrique est équivalente au quart de celle qui est employée sur les colliers de dressage pour les chiens.

75 % d’efficacité

Lors des premiers essais, 75 % des truies se sont levées dès la première impulsion. Matthew et les éleveurs qui testent le produit estiment qu’il est possible de sauver 0,38 porcelet par portée avec ce dispositif. L’inconnue pour le moment est l’impact à long terme sur la truie, qui risque de s’habituer aux impulsions. Matthew Rooda va commercialiser le SwineTech dès 2018. Chaque unité sera vendue autour de 1000 euros.

Corinne Le Gall