C’est la deuxième année que Guillaume Perinet arpente les plaines champenoises au sein de l’entreprise Champagne Épandage. Armé d’un distributeur à engrais à l’arrière du tracteur, et surtout d’un second à l’avant, il est aux commandes d’un ensemble qui ne passe pas inaperçu dans la plaine.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

C’est la deuxième année que Guillaume Perinet arpente les plaines champenoises au sein de l’entreprise Champagne Épandage. Armé d’un distributeur à engrais à l’arrière du tracteur, et surtout d’un second à l’avant, il est aux commandes d’un ensemble qui ne passe pas inaperçu dans la plaine.

Distribuer deux engrais solides différents, avec une dose adaptée à chacun, c’est ce que propose l’entreprise de travaux agricoles avec son chantier.

Lors de notre reportage, Guillaume épandait un engrais de fond à l’arrière et un engrais azoté à l’avant sur sol nu. Pour pouvoir réaliser cette opération, l’ETA s’est équipée de deux distributeurs à engrais centrifuge à l’avant et à l’arrière d’un tracteur.

Les deux modèles sont des Kuhn Axis 50.2 H-EMC-W. Plutôt que l’entraînement par prise de force, l’entreprise a choisi l’hydraulique, à l’avant comme à l’arrière. « Les distributeurs fonctionnent avec un distributeur en pompage continu et un retour libre. Les deux machines sollicitent les capacités hydrauliques du tracteur », souligne Guillaume. L’entreprise a d’ailleurs choisi un tracteur plutôt puissant, puisqu’il s’agit d’un John Deere 7280 R, qui développe 280 ch.

Les distributeurs sont IsoBus et équipés de la coupure de tronçons par GPS. Ils sont chacun commandés par une console John Deere 2630 différente. Ces dernières permettent la modulation et la coupure droite-gauche indépendante via le GPS, que ce soit pour l’appareil à l’avant ou celui à l’arrière du tracteur. Bien entendu, le tracteur dispose de l’autoguidage.

Deux en un

Ce projet a été lancé par la coopérative du nord-est de la France Vivescia (lire encadré). L’ensemble remplace un Terra Gator Challenger (un automoteur reposant sur trois roues), qui était déjà équipé d’un distributeur avec deux cuves et épandait ainsi deux produits. « Le TerraGator avait une rampe, sa largeur de travail était donc fixe », se souvient Guillaume.

Avec l’arrêt de la commercialisation du TerraGator en Europe, l’entreprise a préféré se tourner vers un nouvel ensemble. « Avec cette solution, la largeur d’épandage est adaptée en fonction du client, de 24 à 50 m. De plus, le tracteur peut rentrer dans des parcelles déjà implantées (tout du moins pour le premier apport car le tracteur reste équipé en pneus classiques) plus facilement que le TerraGator », poursuit Guillaume. L’ensemble gagne également en polyvalence, car le tracteur peut avoir d’autre utilisation (transport, déchaumage…) lorsqu’il n’est plus utilisé pour les distributeurs d’engrais.

Une remorque adaptée

Pour la logistique d’approvisionnement, le chantier fonctionne en binôme. L’entreprise est équipée d’une remorque compartimentée, capable de transporter quatre produits différents. Sur la base d’une remorque monocoque classique, elle est divisée en deux dans le sens de la longueur, mais également en deux dans le sens de la largeur, afin de réaliser quatre espaces différents. Pour se vider, et remplir les distributeurs, la remorque est équipée de quatre trappes à l’arrière. Chaque trappe correspond à une case. L’engrais tombe ensuite dans une vis sans fin, qui recentre le produit vers un tapis roulant. Ce dernier conduit l’engrais jusqu’au distributeur. Cependant, cette remorque vit ses derniers hectares aux côtés du chantier. En effet, l’entreprise vient de recevoir une benne élévatrice trois essieux conçus par Maupu. Elle est compartimentée en deux parties dans le sens de la longueur. Le remplissage se fera donc directement par les trappes, sans la nécessité d’un tapis roulant.

Pierre Peeters