« Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils m’auraient répondu des chevaux plus rapides ». Cette célèbre phrase de Henry Ford, le pionnier de l’automobile, Andrew Bate la reprend volontiers à son compte. Agriculteur dans le Queensland en Australie, il est aussi le fondateur de SwarmFarm, une entreprise spécialisée dans la robotique agricole. Comme Henry Ford en son temps, Andrew Bate propose de faire différemment, avec une rupture technologique.

Dans sa ligne de mire, la course à la puissance et aux grandes largeurs qui a lieu actuellement sur les exploitations australiennes et ailleurs dans le monde. « Les surfaces par exploitation augmentent et la main-d’œuvre qualifiée est de plus en plus rare, surtout dans nos régions très reculées, constate Andrew Bate. Pour s’adapter, les agriculteurs achètent des matériels toujours plus grands mais on commence à toucher les limites de cette course au gigantisme. »

Des essaims de petits robots

L’idée d’Andrew Bate, c’est de remplacer les gros automoteurs par des petites unités autonomes qui évoluent de concert. Il s’est donc rapproché d’ingénieurs en robotique pour fonder SwarmFarm (cultiver en essaim, en anglais). L’entreprise est pour le moment dans sa phase de développement et de test de grandeur nature de robots de pulvérisation et de semis. Une exploitation céréalière et une plantation de coton servent de terrain d’essai. Les premiers essaims de robots pourraient être vendus dès 2018.

C. Le Gall