Rechercher

 

accueil  Accueil
Elevage
Tendances veaux

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Progression mesurée des cours

Les disponibilités couvrent la demande.  Les disponibilités couvrent la demande. Les tarifs progressent de 5 €/pièce à Rethel et à Lezay. Les veaux standards de 45 à 50 kg se vendent de 100 à 130 €, et ceux de 55 à 60 kg se négocient de 130 à 140 €. Peu de sujets dépassent les 150 €. Le commerce de bons normands est régulier. Les tarifs des 45 à 55 kg sont compris entre 100 et 140 €, et ceux des 55 à 60 kg affichent de 150 à 180 €. Les meilleurs sujets montent jusqu'à 220 €. A Bourg-en-Bresse, les cours des montbéliards sont stables, et l'offre s'étoffe. Les animaux convenables trouvent preneur entre 200 et 250 €, voire 300 € pour les meilleurs.   Le placement des croisés ordinaires est calme, avec des tarifs stables pour les races mixtes. La demande est concentrée sur les sujets de qualité. Les veaux taupes ordinaires de 45 à 50 kg se valorisent de 150 à 200 €. Les meilleurs partent entre 250 et 320 €.   Les échanges de veaux de race pure ou croisés destinés aux labels sont réguliers. Sur les marchés de Lezay, Saint-Etienne, Bourg-en-Bresse ou Saint Laurent de Chamousset, les meilleurs croisés ou limousins se vendent entre 470 et 550 € pour les mâles, et de 480 à 520 € pour les femelles. Les sujets standards se commercialisent entre 380 et 450 €.  Lire

mardi 25 mars 2014 - 17h52

Hausse des laitiers

En veaux laitiers, les tarifs progressent. En allaitants, les besoins sont réservés.  En veaux laitiers, les tarifs progressent de 5 à 10 €/tête. L'offre couvre les besoins, à Château-Gontier notamment. Les lots de veaux prim'holsteins de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 100 et 140 €/tête. Les sujets plus lourds atteignent 150 €/tête.   Les tarifs des normands convenant à l'engraissement se situent au même niveau que ceux des prim'holsteins. Les meilleurs destinés aux ateliers de jeunes bovins atteignent 180 à 200 €/tête. En montbéliards, la tendance est au maintien des prix. Les lots de bons veaux se négocient entre 250 et 270 €/tête. Les meilleurs atteignent 300 €/tête alors que les sujets plus légers oscillent entre 170 et 230 €/tête.   En veaux allaitants, les besoins sont réservés, mais l'offre est modeste. Les acheteurs ne peuvent pas peser sur les prix des mieux conformés. Les transactions sont plus sélectives en veaux croisés ordinaires.  Lire

jeudi 20 mars 2014 - 18h34

Meilleure tenue des prim’holsteins

Ce mardi, sur le marché de Lezay, les prix des veaux prim'holsteins ont progressé de 5 à 10 €.  Même si le nombre de veaux disponibles sur le marché français reste limité, les intégrateurs font pour le moment moins appel aux veaux d'Outre-Rhin dont les tarifs sont pourtant moins élevés qu'en France. La tendance est positive sur les marchés avec un tri moins sévère dans les lots de plus de 45 kg.   Ce mardi, sur le marché de Lezay, les prix des veaux prim'holsteins ont progressé de 5 à 10 € avec une gamme tarifaire allant de 100 à 130 € pour la marchandise convenable. Ils grimpent entre 140 et 150 € pour les meilleurs.   Pour les veaux limousins, la tendance est au maintien des prix même si les mises en place actuelles correspondent à des sorties en août. Les tarifs des bons veaux frais et viandés sont reconduits. Les vêlages de printemps n'ont pas encore vraiment démarré dans le Limousin, et les éleveurs pourraient être tentés de garder les veaux pour la production de broutards.   Sur le marché de Bourg-en-Bresse, les tarifs des bons croisés charolais/montbéliards destinés à l'export ou aux labels sont stables dans un commerce qui demeure marqué par la faiblesse de l'offre. En montbéliards, la tendance est à la stabilisation des prix. Les veaux convenables se vendent de 200 à 260 €. Les meilleurs montent à 300 €.  Lire

mardi 18 mars 2014 - 17h16

Commerce régulier

Les mises en place sont régulées pour les sorties estivales, mais l'offre est modeste.  Les mises en place sont régulées pour les sorties estivales, mais l'offre est modeste. L'arrivée du logo « veau de France » motive les engraisseurs à mettre en place des sujets nés dans l'Hexagone, même si les tarifs sont plus bas en Allemagne.   Sur les marchés français, les transactions sont régulières, avec des tarifs qui progressent doucement sur l'ensemble des veaux prim'holsteins ou normands destinés à l'engraissement. Les bons prim'holsteins se vendent de 100 à 130 €, voire 150 € pour les plus lourds. Les meilleurs normands montent jusqu'à 200 €. Le commerce de montbéliards ou de croisés laitiers ordinaires est calme. Les tarifs sont stables. Les sujets légers se commercialisent de 100 à 150 €, tandis que la gamme ordinaire trouve preneur entre 180 et 250 €. Les sujets plus lourds, destinés au label, se placent entre 250 et 300 €.   Le commerce de bons veaux croisés ou de race pure reste régulier, avec des disponibilités insuffisantes pour les besoins du marché. Les tarifs sont stables. Les limousins, les croisés montbéliards ou blancs bleu se négocient entre 450 et 500 €, voire 550 € pour les sujets de conformation supérieure. Le placement des allaitants ordinaires est ralenti, mais sans baisse de prix significative. Les cours sont compris entre 350 et 430 € pour les mâles, et 300 à 400 € pour les femelles.  Lire

jeudi 13 mars 2014 - 17h18

Commerce régulier

L'activité commerciale demeure fluide pour les bons veaux de race à viande ou croisés.  Même si les mises en place correspondent à des sorties en août, les acheteurs n'ont pas la main. La modestie de l'offre sur les marchés les empêche d'imposer la moindre baisse. L'activité commerciale demeure fluide pour les bons veaux de race à viande ou croisés. Dans le Sud-Est, à Saint Etienne, Bourg-en-Bresse ou Saint Laurent de Chamousset, les gros croisés charolais/montbéliards normalement destinés à l'export se négocient entre 450 et 550 € pour les mâles, et de 400 à 500 € pour les femelles. Les tarifs des limousins se maintiennent sans difficulté sur le marché de Lezay. Les sujets de conformation supérieure se vendent entre 500 et 550 €. Le tarif moyen se situe autour de 450 € pour les lots de mâles convenables, et de 420 € pour les femelles. Concernant le veau d'engraissement standard, la progression des prix reste mesurée pour les mises en place de la dernière semaine d'août. La réduction du nombre de vêlages assure une vente régulière avec des tarifs qui progressent de 5 € à Lezay. Le prix des prim'holsteins se situe entre 100 et 140 € pour les sujets convenables. Il monte jusqu'à 150 € pour les plus lourds. La tendance est également positive sur les marchés de Normandie, alors que les montbéliards plafonnent à Bourg-en-Bresse.  Lire

mardi 11 mars 2014 - 15h17

Les prix évoluent peu

Les prix des veaux sont reconduits sur les marchés de Bourg-en-Bresse, Lezay ou de Château-Gontier. Les sujets ordinaires se négocient de 330 à 400 €/tête. Les tarifs des bons oscillent entre 400 € à 480 €/tête tandis que les supérieurs se vendent entre 480 et 550 €/tête.  Les prix des veaux sont reconduits sur les marchés de Bourg-en-Bresse, Lezay ou de Château-Gontier. Les sujets ordinaires se négocient de 330 à 400 €/tête. Les tarifs des bons oscillent entre 400 € à 480 €/tête tandis que les supérieurs se vendent entre 480 et 550 €/tête.   En prim'holsteins, le commerce est régulier. Les mises en place actuelles correspondent à des sorties de la fin du mois d'août. Les très bons veaux prim'holsteins s'échangent entre 130 et 150 €/tête et la grande majorité trouvent preneur dans une gamme de prix allant de 90 à 125 €/tête.   Sur les marchés de Normandie, le commerce est assez fluide. Les prix des bons normands progressent. Ils valorisent de 160 à 200 euros/tête. Les sujets plus communs se vendent de 100 à 150 €/tête. Les tarifs des montbéliards pratiqués sur le marché de Bourg-en-Bresse sont supérieurs. Il faut compter 50 à 100 €/tête de plus.    Lire

jeudi 06 mars 2014 - 18h13

Tarifs stables

L'offre sur les marchés n'étant pas excessive, les prix se maintiennent.  Les engraisseurs de veaux charolais, limousins ou croisés de race à viande limitent les entrées pour les sorties d'été. Mais l'offre sur les marchés n'étant pas excessive, les prix se maintiennent.   Les mâles croisés montbéliards, limousins ou charolais de conformation supérieure se négocient entre 480 et 550 €. Les tarifs des veaux lourds convenables se situent entre 380 et 460 €. Les sujets plus légers se vendent de 280 à 350 €. Les femelles sont 20 € en dessous de ces prix.   Les cours des veaux laitiers continuent de progresser doucement. Sur le marché de Lezay, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se commercialisent de 85 à 130 €. Les plus lourds partent entre 134 et 145 €.   Les montbéliards restent recherchés. Les cours des bons sujets sont stables, compris entre 260 à 300 € sur le marché de Bourg-en-Bresse. Les animaux standards destinés à l'engraissement se négocient entre 180 et 250 €.   Les échanges de veaux croisés laitiers sont calmes. Les prix des allaitants de moyenne conformation ou légers sont reconduits.  Lire

mardi 04 mars 2014 - 16h48

Plus calme dans les allaitants ordinaires

L'activité reste marquée par un nombre de Frisons peu élevé.  L'activité commerciale reste marquée par un nombre de veaux peu élevé en Frisons. Le commerce est régulier, malgré des sorties d'août, mais les intégrateurs ont stabilisé leurs prix sur cette semaine de salon de l'agriculture. La demande est ciblée sur les bons veaux Frisons, mais cette gamme de marchandise est également mieux demandée de la part des éleveurs de jeunes bovins.   Les tarifs se maintiennent sans difficulté sur le marché de Lezay et progressent de 5 € à Bourg-en-Bresse, Rethel ou Laissac avec des Holsteins de 50 à 60 kg commercialisés de 115 à 135 € voire 150 € pour ceux d'élevage.  La gamme standard 45/50 kg se négocie de 80 à 120 €. Dans les Normands, la tendance reste calme mais les tarifs sont stables, soit de 100 à 140 € dans l'ordinaire et de 150 à 200 € pour les meilleurs. La commercialisation reste régulière dans les Montbéliards qui se valorisent sur Bourg-en-Bresse de 200 à 250 € dans les ordinaires et de 250 à 300 € dans les très bons.   En ce qui concerne les veaux ordinaires issus de croisements laitiers (taupes et gris), la vente est plus sélective, avec des tarifs plus discutés face à la pression des acheteurs.   La dégradation saisonnière normalement observée dans les veaux de race pure et croisés est atténuée par la modestie de l'offre sur les marchés. La tendance est légèrement baissière pour passer le creux de l'été. Les tarifs de la semaine sont en baisse de 10 € mais ils demeurent largement au-dessus de l'an passé. Les bons veaux Limousins ou croisés charolais se sont encore commercialisés entre 450 et 530 € mardi sur le marché de  Lezay. La vente est plus sélective dans les veaux lourds de moyenne conformation, avec une baisse de 20 € à Bourg-en-Bresse.   Lire

mardi 25 février 2014 - 17h53

Ecoulement régulier des laitiers

L‘offre de veaux laitiers couvre les besoins du marché intérieur.  L‘offre de veaux laitiers couvre les besoins du marché intérieur.   A Château-Gontier, les transactions sont rapides. Les prim'holsteins de 40 à 45 kg sont peu recherchés et se valorisent de 20 à 60 €. Les sujets de 45 à 55 kg se vendent de 90 à 125 €. Pour les plus lourds convenant à l'élevage de jeunes bovins, les tarifs montent jusqu'à 150 €.   Le commerce des normands ordinaires reste très calme. Les meilleurs sujets se négocient entre 150 et 200 € sur les marchés normands. Les prix des montbéliards sont soutenus, notamment pour les meilleurs qui s'échangent entre 250 et 290 € sur le marché de Bourg-en-Bresse.   Le placement des croisés laitiers ordinaires destinés à l'engraissement est un peu plus calme. Les bons sujets se négocient entre 250 et 335 €. Les plus légers trouvent preneur à des cours proches de ceux des laitiers.  Les disponibilités de bons veaux de race pure ou croisés destinés aux labels maintiennent les tarifs. Les cours sont reconduits sur les marchés de Lezay et de Bourg-en-Bresse, mais ils baissent de 15 € à Château-Gontier.  Lire

jeudi 20 février 2014 - 17h39

Les allaitants se maintiennent

Les intégrateurs se heurtent à une offre restreinte en bons veaux de race à viande ou croisés.  Même si les mises en place actuelles correspondent à des sorties d'été, les intégrateurs se heurtent à une offre restreinte en bons veaux de race à viande ou croisés. Ce qui les empêche de faire pression sur les prix. La vente reste régulière. Les tarifs des limousins, des charolais ou des croisés se maintiennent sur les marchés de Saint-Laurent de Chamousset, Saint-Etienne, Bourg-en-Bresse et Lezay. Concernant les veaux laitiers destinés à l'engraissement, les volumes proposés se rétractent comme tous les ans à cette saison. Les besoins des acheteurs sont modestes pour des sorties d'août. Les bons prim'holsteins, normands ou montbéliards se vendent sans difficulté avec une tendance positive. Sur le marché de Lezay, le prix des prim'holsteins progresse de 10 €. Les sujets de 45 à 55 kg se négocient de 100 à 125 €. Les plus lourds destinés à la filière du jeune bovin approchent les 140 €. La tendance pour les veaux normands suit celle des laitiers, avec des tarifs équivalents pour la marchandise ordinaire. Les prix montent à 200 € pour les meilleurs. En montbéliards, la vente reste fluide à Bourg-en-Bresse, avec des tarifs soutenus qui se situent entre 180 et 230 € pour les lots ordinaires, et entre 250 et 280 € pour les veaux destinés aux labels.  Lire

mardi 18 février 2014 - 17h23

Plus fluide en veaux laitiers

Les échanges de prim'hoslteins gagnent en dynamisme. Les tarifs progressent légèrement.  Bien que les besoins des intégrateurs soient mesurés, les échanges de prim'hoslteins gagnent en dynamisme. Les tarifs progressent légèrement.   A Château-Gontier, les cours montent de 5 €, et les lots sont moins sévèrement triés. Les prim'holsteins de 45 à 50 kg se valorisent de 60 à 90 €, ceux de 50 à 60 kg se vendent de 90 à 120 €. Les plus lourds, convenant à l'élevage de jeunes bovins, affichent 120 à 135 €. Sur les cadrans bretons, certains grimpent jusqu'à 150 €. Le commerce de normands reste compliqué. Les sujets destinés à l'engraissement se négocient aux tarifs des prim'holsteins, alors que ceux destinés à l'élevage ou aux labels se maintiennent entre 160 et 190 €.   En montbéliards, la tendance reste ferme. Sur le marché de Bourg-en-Bresse, les animaux légers s'échangent de 80 à 140 €, tandis que ceux de 50 à 55 kg se négocient entre 160 et 220 €. Les meilleurs, destinés aux labels, décrochent 240 à 270 €. Le placement des sujets croisés d'engraissement de moyenne conformation ou plus légers reste soutenu par les tarifs des laitiers et des mixtes en hausse.   Les veaux allaitants de qualité ou destinés aux labels sont recherchés. Les bons croisés mixtes ou viande se négocient entre 400 et 500 €, voire jusqu'à 600 €. Les sujets légers se vendent entre 250 et 350 €.    Lire

jeudi 13 février 2014 - 17h19

Commerce plus régulier

Le marché est équilibré en raison d'une offre modeste. Les tarifs tendent même parfois à progresser.  Les mises en places sont réduites car elles correspondent à des sorties de la mi-juillet. Le marché est toutefois équilibré en raison d'une offre modeste. Le commerce est assez régulier et surtout moins sélectif. Les tarifs tendent même parfois à progresser. À Lezay, les tarifs sont facilement reconduits alors que de légères hausses sont enregistrées à Laissac, Bourg-en-Bresse ou sur les marchés bretons. Les veaux prim'holsteins lourds de 55 à 60 kg s'échangent entre 115 et 130 €/tête. Les lots de veaux convenables de 50 à 55 kg se négocient entre 100 et 115 €/tête. Dans les montbéliards, les bons veaux typés restent demandés et valorisés entre 200 et 280 €/tête. Les tarifs des bons normands atteignent difficilement les 200 €. Les légers suivent le prix des veaux prim'holsteins. La commercialisation est assez régulière également pour les veaux issus de croisement laitier. Un manque de sujets viandés est constaté. Dans les très bons sujets destinés aux labels ou pour produire du veau haut de gamme, l'offre est modeste. Les tarifs sont reconduits sur les marchés de Lezay, de Saint-Laurent-de-Chamousset, de Laissac et de Bourg-en-Bresse.  Lire

mardi 11 février 2014 - 17h57



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

TerreNet Occasions - Site occasions agricole
SONDAGE

Grandes cultures : le temps sec risque-t-il d'impacter vos rendements ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole