Rechercher

 

accueil  Accueil / tendances-veaux
Elevage
Tendances veaux

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Légère détente en prim’holsteins

La réduction de l'offre régule le marché.  La réduction de l'offre régule le marché. La demande espagnole de gros prim'holsteins et montbéliards pour la production de jeunes bovins progresse.    Les bons prim'holsteins sont moins sévèrement triés. Leurs tarifs progressent légèrement sur les marchés de Lezay, de Rethel et de Bourg-en-Bresse. Les cours des veaux standards sont stables. Ce mardi sur le marché de Lezay, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se sont valorisés entre 80 à 115 €/tête. Ceux de 55 à 60 kg se négociaient entre 115 et 130 €/tête.   Les prix des bons normands viandés sont stables. La demande reste sélective pour les sujets ordinaires.   Les tarifs des montbéliards restent fermes sur le marché de Bourg-en-Bresse. Les montbéliards viandés se vendent facilement entre 180 et 230 €/tête. Les sujets plus lourds convenant aux labels se négocient entre 230 et 280 €/tête.   Les bons croisés laitiers sont recherchés. Les tarifs de ceux de moyenne conformation ou plus légers sont stables.   L'offre de veaux de race pure et croisés ne suffit pas à couvrir la demande. Le commerce est très fluide. Les tarifs se maintiennent sans difficulté sur les marchés de Saint-Étienne, Lezay et Bourg-en-Bresse. Les bons mâles limousins, charolais et croisés charolais, frais et viandés se vendent entre 450 et 500 €/tête. Les meilleurs se négocient entre 550 et 600 €. Les mâles plus légers et les femelles convenables se vendent entre 350 et 450 €/tête.  Lire

mardi 27 janvier 2015 - 17h42

Commerce plus régulier

La réduction des vêlages fluidifie les échanges de prim'holsteins.  La réduction des vêlages fluidifie les échanges de prim'holsteins. Les veaux laitiers sont moins sévèrement triés.   Sur le marché de Château-Gontier, les tarifs des prim'holsteins se maintiennent. Ceux de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 80 et 110 €/tête. Ceux de 55 à 60 kg sont valorisés entre 110 et 130 €/tête.   Les prix des normands moyens se stabilisent entre 80 et 110 €/tête. Les bons sujets destinés à l'élevage sont valorisés entre 140 et 180 €/tête.   Les cours des montbéliards sont fermes faute d'offre suffisante. Les très bons sujets se négocient entre 240 et 280 €/tête, les bons viandés entre 180 et 200 €/tête et les ordinaires entre 100 à 150 €/tête.   La demande de veaux croisés laitiers est moins soutenue. Le commerce reste régulier grâce à des disponibilités faibles. Les taupes et les gris ordinaires s'échangent entre 180 à 250 €/tête pour les femelles et entre 220 et 300 €/tête pour les mâles. Les meilleurs dépassent 350 €/tête.   Le commerce des bons mâles charolais et limousins et des croisés charolais, frais et viandés reste soutenue grâce à des disponibilités tout juste suffisantes.    Sur le marché de Château-Gontier, les veaux de race à viande ou croisés allaitants se vendent entre 300 et 380 €/tête pour les petits et entre 400 et 470 €/tête pour les lourds. Les meilleurs se négocient entre 480 à 530 €/tête. Les femelles se valorisent environ 30 € en dessous de ces tarifs.  Lire

jeudi 22 janvier 2015 - 18h01

Stabilité des prix dans l'ensemble des catégories

Les disponibilités se réduisent. Les tarifs sont globalement reconduits.  L'offre de prim'holsteins tend à se réduire sur les marchés. Mais les engraisseurs continuent de maîtriser les mises en place pour des sorties de début juillet. Les cours des sujets convenables sont reconduits.   Les veaux légers sont invendus, faute de valorisation suffisante. Les intégrateurs ciblent les veaux de 47 à 60 kg. Sur le marché de Lezay, les tarifs varient de 80 à 110 €. Quelques sujets plus lourds et destinés à l'élevage en Espagne atteignent 120 €.   Le commerce de normands ordinaires reste difficile. Les bons sujets voient leurs cours se stabiliser. Les meilleurs se valorisent entre 140 et 170 € sur le marché de Sourdeval, tandis que les plus légers se vendent moins chers que les prim'holsteins.   A Bourg-en-Bresse, l'offre de montbéliards s'érode, ce qui fluidifie la vente et maintient les prix. Les sujets de 50 à 55 kg se placent entre 180 et 230 €, et le plus lourds montent entre 260 et 280 €.   Les besoins en veaux croisés sont moins soutenus à l'approche des mises en place estivales, mais la modestie de l'offre ne permet pas aux acheteurs de faire baisser les prix. Ces derniers restent fermes sur les marchés de Saint-Etienne, de Bourg-en-Bresse et de Lezay. Les bons mâles limousins, charolais ou croisés charolais trouvent preneur entre 400 et 500 €, voire plus de 550 € pour les meilleurs. Les sujets ordinaires se placent plus calmement.    Lire

mardi 20 janvier 2015 - 17h52

Volumes en baisse

Les tarifs sont reconduits sur l'ensemble des marchés et chez la plupart des intégrateurs.  La réduction des volumes permet un certain équilibre du marché. Les tarifs ont été reconduits sur l'ensemble des marchés et chez la plupart des intégrateurs. Les prim'holsteins convenables de 47 à 55 kg se négocient entre 70 et 110 €/tête. Les plus lourds convenant pour l'export atteignent 120 €/tête. Les veaux les plus légers ont du mal à trouver preneur.   Les normands continuent d'être boudés par les industriels, faute notamment de débouchés à l'export. La valorisation des sujets ordinaires est souvent inférieure à celle des prim'holsteins. Les tarifs des très bons sujets convenant à l'élevage sont compris entre 150 et 180 €/tête, voire 200 €/tête pour les meilleurs.     L'activité commerciale des bons veaux de race pure ou croisés destinés aux labels reste favorisée par la modestie de l'offre sur les marchés. Les tarifs pratiqués sont stables. Sur les marchés de Château-Gontier, Lezay, Agen, Saint-Etienne et Bourg-en-Bresse, les veaux ordinaires se négocient entre 305 et 380 €/tête. Les sujets viandés recherchés se négocient entre 400 à 480 €/tête. Les tarifs des sujets les plus lourds ou de conformation supérieure se situent entre 500 et 600 €/tête.   Lire

jeudi 15 janvier 2015 - 15h10

Les bons allaitants demandés

Si les montbéliards voient leurs cours reconduits, les normands traversent une semaine perturbée.  L'activité est similaire à celle de l'an passé à la même époque. Les entreprises d'intégration restent prudentes pour les mises en place destinées aux sorties du début de l'été.   Le volume de prim'holsteins se réduit, mais les acheteurs couvrent facilement leurs besoins. La demande se concentre sur les bons veaux pesants de 47 à 60 kg. Les cours sont stables sur le marché de Lezay, où la majorité des sujets convenables se négocient entre 70 et 100 €. Les prix montent jusqu'à 120 € pour ceux convenant à l'export. La vente de veaux légers demeure sélective, et les plus maigres ne trouvent pas preneur.   Le commerce de normands ordinaires reste compliqué. Les tarifs des bons sujets peinent à se maintenir, et les veaux moyens voient leurs cours s'afficher en dessous de ceux des prim'holsteins.   La vente de montbéliards est plus régulière. A Bourg-en-Bresse, les prix sont reconduits. Les bons sujets se commercialisent de 170 à 230 €, voire entre 260 et 280 € pour les plus lourds. Ceux pesant moins de 50 kg s'échangent aux mêmes tarifs que les prim'holsteins.   Les bons veaux de race pure ou croisés destinés aux labels se placent régulièrement. Les volumes couvrent une demande encore active avant les mises en place des vacances d'été, dans 15 jours. Les tarifs sont reconduits à Lezay et à Bourg-en-Bresse, avec des veaux charolais, limousins ou croisés jaune ou blanc bleu valorisés entre 500 et 550 €. Les sujets lourds partent entre 400 et 480 €, et les légers s'écoulent de 230 à 350 €. Les femelles se vendent 30 € sous cette grille.  Lire

mardi 13 janvier 2015 - 17h31

Tension sur les veaux de 8 jours

Le recul des mises en place chez les intégrateurs pour réguler les sorties estivales va de nouveau peser sur les cours des petits veaux.  Le recul des mises en place chez les intégrateurs pour réguler les sorties estivales va de nouveau peser sur les cours des petits veaux. Sur le marché de Château-Gontier, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se sont vendus de 70 à 105 €, ce jeudi. Les prix des plus lourds, convenant à la production de jeunes bovins, montent jusqu'à 130 €. Les veaux de moins de 45 kg ont très peu de valeur car ils sont refusés par les intégrateurs. Les mises en place des prochaines semaines seront amputées de 20 % chez les intégrateurs pour réduire les sorties d'été.   Le commerce reste assez difficile pour les normands de qualité ordinaire. Les sujets de 45 à 55 kg se vendent au prix des prim'holsteins sur le marché de Château-Gontier. Les tarifs atteignent entre 150 et 180 € dans le "berceau de race" à Gavray. Les tarifs des montbéliards se situent autour de 170 à 200 € pour les sujets convenables. Ils montent à 250 € pour les meilleurs. Les veaux légers se négocient entre 50 et 100 €.   Pour les croisés d'engraissement, la fourchette de prix est très étendue. Le commerce est plus sélectif pour la moyenne marchandise et les croisements laitiers (limousins ou blanc bleu).   L'activité commerciale est également plus calme et sélective pour les veaux de race à viande ou croisés. Si les bons sujets convenant au label ou de conformation supérieure voient leurs prix se maintenir, le tri des sujets de conformation plus commune est plus sévère. Ce jeudi sur le marché de Château-Gontier, les très bons mâles de race pure ou croisés ont été négociés entre 430 et 520 €. Les plus légers ou les femelles se sont vendus entre 330 et 430 €. Il faut enlever 50 à 100 € pour les veaux plus communs ou légers.  Lire

jeudi 08 janvier 2015 - 17h14

Cours stables

Les places encore disponibles chez les intégrateurs permettent le maintien des prix des bons prim'holsteins.  Ce mardi, sur les marchés de Lezay et de Bourg-en-Bresse, les apports ont été abondants après la fermeture de fin d'année. Les places encore disponibles chez les intégrateurs permettent le maintien des prix des bons prim'holsteins. Ceux de 45 à 55 kg se négocient entre 70 et 100 €/tête. Les bons lots sont valorisés entre 100 et 115 €/tête.   Le commerce des normands ordinaires est calme. Leurs tarifs sont proches de ceux des prim'holsteins. Les meilleurs normands sont valorisés pour l'élevage.   L'offre de montbéliards est importante et suffisante pour la demande de Bourg-en Bresse. Les veaux de 45 à 55 kg sont vendus entre 170 et 210 €/tête. Les plus lourds atteignent 270 €/tête. Les veaux légers sont valorisés aux mêmes tarifs que les prim'holsteins.     L'offre de veaux d'élevage de qualité est faible. Leurs cours se maintiennent.   Sur les marchés de Bourg-en-Bresse, de Saint-Etienne et de Saint-Laurent-de-Chamousset, les bons mâles croisés charolais, frais et viandés se vendent entre 440 et 550 €/tête. Les meilleurs dépassent 600 €/tête. A Lezay, les très bons mâles limousins sont recherchés et se vendent entre 480 et 530 €/tête. L'activité commerciale est en revanche un peu plus calme dans les sujets plus légers, sans pour autant engendrer une baisse des tarifs.  Lire

mardi 06 janvier 2015 - 16h55

Préparation de la Pentecôte

A la veille de Noël, peu d'éleveurs sont disposés à rentrer des veaux, surtout dans les grands ateliers.  A la veille de Noël, peu d'éleveurs sont disposés à rentrer des veaux, surtout dans les grands ateliers de 200 à 400 places. Cependant, comme les entrées actuelles correspondent à des sorties de la Pentecôte, les intégrateurs ont dû faire preuve de motivation auprès des éleveurs.  L'activité est concentrée sur le début de la semaine. Les volumes restent significatifs sur les marchés de Lezay ou Bourg-en-Bresse avant la fermeture de fin d'année. Les transactions sont très irrégulières, avec une reconduction des prix pour les veaux prim'holsteins convenables. Mais comme le marché espagnol est fermé cette semaine, les prix baissent dans les autres catégories. La majorité des veaux sont commercialisés entre 50 et 100 €/tête. La tendance est également plus lourde dans les montbéliards à Bourg-en-Bresse. Les tarifs se replient de 10 à 20 €/tête, notamment dans les veaux plus communs. Dans les bons veaux charolais, limousins, croisés allaitants ou croisés de race mixte lourds frais et viandés, la commercialisation reste fluide. Les tarifs sont toutefois à la stabilisation. Les prix des sujets de conformation supérieure restent compris entre 520 et 600 €/tête. La grande majorité des veaux convenables se négocie entre 400 et 500 €/tête.  Lire

mardi 23 décembre 2014 - 16h55

Tarifs stables

La tendance est au maintien des prix en dépit d'une progression des volumes.  Les volumes progressent. La tendance est au maintien des prix ce jeudi sur le marché de Château-Gontier. Les cours des veaux prim'holsteins de 45 à 55 kg s'échelonnent entre 70 € à 110 €/tête. Ceux de plus de 60 kg atteignent 120 €/tête. À partir de la mi-janvier, les besoins seront nettement moins importants, mais la réduction de l'offre devrait limiter la pression. Les transactions sont en revanche nettement plus discutées en normands. Les intégrateurs les boudent à cause de leur difficulté à valoriser l'alimentation fibrée. Les très bons sujets destinés à l'élevage ou engraissés se vendent le mieux. Les bons normands de Gavray se sont négociés entre 150 et 200 €/tête. A Château-Gontier, les tarifs n'excèdent pas 100 euros/tête. La commercialisation est plus sélective dans les croisés laitiers ordinaires, alors que les bons sujets restent bien valorisés. Dans les bons veaux de race pure ou croisés de race à viande destinés aux labels, les tarifs restent soutenus faute d'offre suffisante.  Lire

jeudi 18 décembre 2014 - 18h16

Commerce régulier

Les échanges sont soutenus par une demande active des intégrateurs. L'effet sur les prix reste timide.  Le placement des veaux d'engraissement est régulier. Les acheteurs forcent les mises en place pour des sorties de Pentecôte, avant la trêve de Noël. Néanmoins, les grilles de prix ne changent pas, même si le tri est moins sévère dans certains lots.   Sur le marché de Lezay, les tarifs sont reconduits. Les prim'holsteins viandés sont demandés et se négocient entre 100 et 120 €. Les veaux de 45 à 50 kg se vendent de 70 à 100 €. Le placement des petits veaux fragiles reste difficile.   La tendance reste positive pour les montbéliards de Bourg-en-Bresse et pour les croisés laitiers ordinaires. Ces derniers trouvent preneur entre 160 et 230 €, tandis que les meilleurs partent entre 230 et 280 €, voire 300 €.   Les échanges de veaux de race à viande sont dynamisés par le manque de disponibilité en sujets de qualité. La fermeture de certains ateliers en fin d'année pousse quelques acheteurs à prendre un peu d'avance sur les mises en place. Les tarifs des bons limousins, charolais ou croisés jaune ou blanc bleu évoluent peu. Les sujets de conformation supérieure se placent entre 520 et 600 €, et la majorité des veaux convenables se négocient entre 400 et 500 €.  Lire

mardi 16 décembre 2014 - 18h05

La Pentecôte se prépare

Les mises en place pour la Pentecôte relancent la demande.  Les mises en place pour la Pentecôte relancent la demande. Sur le marché de Château-Gontier, les tarifs des bons prim'holsteins standards d'engraissement de 47 à 55 kg sont stables entre 80 et 110 €/tête. Les gros veaux viandés se vendent entre 115 et 125 €/tête. Les veaux plus légers ou maigreux sont délaissés.   Face à la réduction de l'offre de montbéliards, les tarifs restent fermes. Les veaux de 45 à 50 kg sont valorisés entre 50 et 100 €/tête. Les sujets convenables de 55 à 60 kg se négocient entre 160 et 220 €/tête. Les labels montent jusqu'à 280 €/tête.   Le commerce des normands standards reste difficile. Les bons sujets destinés à l'élevage se négocient entre 140 et 180 €/tête.     Du côté des races à viande et des croisés, les tarifs restent fermes sur les marchés de Bourg-en-Bresse, Lezay, Agen et Château-Gontier. Les très bons limousins, charolais et croisés se négocient entre 500 et 600 €/tête. Les sujets convenables plus légers trouvent facilement preneur entre 400 et 480 €/tête. La moyenne marchandise se vend entre 300 et 380 €/tête. Les croisés laitiers sont recherchés. Les gris et les taupes lourds sont valorisés entre 300 et 400 €. Les sujets plus légers se vendent entre 150 et 200 €/tête.  Lire

jeudi 11 décembre 2014 - 17h23

Tri moins sévère

Les besoins pour la Pentecôte fluidifient le commerce des bons prim'holsteins.  Les besoins pour la Pentecôte fluidifient le commerce des bons prim'holsteins. La majorité est vendue entre 80 et 115 €/tête. Les prix des très bons sujets progressent doucement et atteignent 115 à 130 €/tête.   Les tarifs des bons normands progressent légèrement. Les bons labels ou destinés à l'élevage sont valorisés entre 180 et 220 €/tête. Les sujets plus standards sont négociés aux mêmes prix que les prim'holsteins.   Les tarifs des montbéliards tendent également à augmenter, notamment du fait d'un débouché vers l'Espagne afin de faire du jeune bovin pour le Maghreb. Les bons montbéliards se négocient autour de 250 €/tête à Bourg-en-Bresse. Les plus lourds atteignent 300 €/tête.   L'activité commerciale des limousins, des charolais et des croisés de conformation supérieure reste soutenue. Les tarifs des mâles sont compris entre 480 et 600 €/tête, ceux des femelles entre 450 et 550 €/tête. Les sujets lourds mais de conformation ordinaire sont valorisés entre 380 et 450 €/tête. Les plus légers se négocient entre 270 et 350 €/tête.  Lire

mardi 09 décembre 2014 - 14h42



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Relations avec la distribution : les médiateurs agricoles internes aux enseignes vont-ils résoudre les contentieux ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK