accueil  Accueil / tendances-veaux
Elevage
Tendances veaux

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Peu de place pour les laitiers

Les cours des laitiers sont stables. L'offre d'allaitants s'étoffe.  La modestie de l'offre devrait fluidifier les échanges, mais elle est contrecarrée par le manque de places dans les ateliers d'engraissement. Ces derniers tardent à se vider, faute de débouchés.   Néanmoins, la vente des prim'holsteins est régulière, avec des tarifs reconduits. A Château-Gontier, les bons sujets de 45 à 50 kg se valorisent de 100 à 140 €, ceux de 50 à 60 kg partent entre 140 et 155 €, et les meilleurs atteignent 170 €. Les tarifs se stabilisent aussi pour les normands et les croisés laitiers convenables. Les ordinaires affichent des cours sensiblement proches de ceux des prim'holsteins. Seuls les meilleurs montent jusqu'à 250 €.   L'offre de mâles charolais ou limousins progresse, mais les transactions demeurent régulières. Les bons veaux, qui sortiront avec une conformation R+ et U, sont recherchés. La vente des sujets qui ne boivent pas seuls est sélective. Les cours affichent 30 à 50 € de moins que les veaux autonomes à la buvée.   Les bons veaux croisés restent valorisés entre 450 et 530 € pour les mâles, tandis que les femelles se placent entre 380 et 480 €. Dès que la gamme descend, les cours sont plus discutés. Ils perdent 100 à 150 €.  Lire

jeudi 23 avril 2015 - 17h33

Cours stables

Les tarifs sont reconduits dans la quasi totalité des catégories.   Le commerce des veaux de boucherie est perturbé par des retards d'enlèvement. Ces derniers entraînent une réduction des mises en place. Cependant, la réduction de l'offre lisse les échanges de bons prim'holsteins. Sur le marché de Lezay, les sujets de 50 à 60 kg se vendent à des cours reconduits, entre 140 et 155 €, et 165 € pour les plus lourds.   Les cours des normands sont stables. A Sourdeval, les sujets viandés se placent de 170 à 220 €. Le commerce de montbéliards reste régulier à Bourg-en-Bresse, où les tarifs se maintiennent sans difficulté. Les standards partent entre 200 et 250 €, les meilleurs lots trouvent preneur entre 250 et 300 €, voire 320 € pour les supérieurs. Les croisés laitiers se commercialisent sur des bases stables, identiques aux prix des montbéliards.   En veaux allaitants, les disponibilités progressent et couvrent les besoins, mais ne permettent pas aux acheteurs de peser sur les prix. Le commerce est toutefois assez sélectif. Si les tarifs des charolais ou des limousins de qualité sont reconduits, la vente des limousins ordinaires ou légers est plus difficile, avec des tarifs compris entre 250 et 350 €. Les veaux de prés peinent à trouver preneur. Les besoins en croisés de race à viande ou mixtes restent ciblés sur la qualité. Les cours sont reconduits sur le marché Bourg-en-Bresse, où les sujets de 50 à 60 kg se vendent entre 400 et 460 €, tandis que les plus lourds montent entre 480 et 520 €. A Saint-Laurent-de-Chamousset et à Saint-Etienne, les sujets haut de gamme, montbéliards croisés charolais, s'échangent entre 600 et 680 €.  Lire

mardi 21 avril 2015 - 17h19

Placement poussif en allaitants

Les sujets allaitants ordinaires peinent à trouver leur place, tandis que le commerce de laitiers reste dynamique.  Le commerce de veaux allaitants est marqué par une progression de l'offre, d'une plus grande hétérogénéité. Les mâles croisés charolais ou limousins, ou mixtes, se valorisent de 400 à 500 €, voire plus pour les sujets supérieurs. La demande de femelles est plus réservée, et les tarifs se situent entre 380 et 460 €. Les meilleurs affichent 500 €. Les échanges de limousins sont tendus car l'offre plus abondante tire les tarifs vers le bas. Le placement des veaux ordinaires est sélectif. Les écarts de prix se creusent entre les sujets autonomes à la buvée et ceux qui ne le sont pas. Ils atteignent 30 à 50 €.   L'offre de prim'holsteins se tasse. Les tarifs progressent de 10 € sur le marché de Château-Gontier. Les sujets de 45 à 50 kg se placent entre 100 et 130 €, ceux de 50 à 60 kg partent entre 130 et 150 €, et les meilleurs trouvent preneur entre 155 et 170 €. Les normands ordinaires suivent cette tendance, et les meilleurs sujets montent jusqu'à 200 €. Les montbéliards et les croisés laitiers ordinaires se valorisent de 180 à 230 €, les supérieurs de 250 à 320 €.  Lire

jeudi 16 avril 2015 - 17h40

Commerce fluide en laitiers

Les échanges sont fluides. Le commerce est dynamique sur les marchés du sud-est (Saint-Laurent-de-Chamousset, Saint Etienne et Bourg-en-Bresse) avec une bonne tenue des prix dans les veaux montbéliards. Cette tendance à la hausse est aussi observée dans les autres races : abondance, croisés laitiers et même prim’holsteins.  Les échanges sont fluides. Le commerce est dynamique sur les marchés du sud-est (Saint-Laurent-de-Chamousset, Saint Etienne et Bourg-en-Bresse) avec une bonne tenue des prix dans les veaux montbéliards. Cette tendance à la hausse est aussi observée dans les autres races : abondance, croisés laitiers et même prim’holsteins.   Les lots de montbéliards convenables se négocient couramment entre 250 € et 280 €/tête, tandis que les meilleurs s’écoulent entre 300 et 320 €/tête. En prim’holsteins, les tarifs s’affichent de 130  à 150 €/tête, voire 170 €/tête pour les meilleurs.     Dans les veaux de race à viande, les besoins de mise en place restent mesurés dans les légers convenables. La progression de l’offre avec les vêlages avancés de printemps, notamment dans le Limousin, permet aux acheteurs de couvrir leurs besoins sans difficulté et surtout de mieux trier la marchandise. Le commerce est plus sélectif avec une valorisation très différente entre les jolis veaux frais et buveurs et ceux de moyenne conformation.   La commercialisation reste régulière, voire fluide, avec des tarifs toujours soutenus dans les croisés charolais/montbéliards des Monts du Lyonnais commercialisés sur le marché de Saint-Laurent-de-Chamousset ou de Saint-Etienne où les sujets de conformation supérieure restent valorisés entre 600 € et 680 €/tête.         Lire

mardi 14 avril 2015 - 18h53

Cours stables

Le marché est équilibré, avec un appel mesuré aux importations.  Le férié du début de semaine a perturbé l'approvisionnement des intégrateurs, mais la situation s'est régulée. Le marché est équilibré, avec un appel mesuré aux importations.   Les cours des prim'holsteins n'ont pas bougé depuis un mois. Les sujets lourds affichent 160 €, voire un peu plus sur les marchés bretons. La majorité des sujets convenables destinés à l'engraissement se négocient entre 120 et 150 €. Les animaux de moins de 40 kg se valorisent entre 30 et 70 €.   Les veaux normands ordinaires affichent une gamme de prix sensiblement proche de celle des veaux laitiers. Les plus gros se commercialisent de 180 à 220 € sur les marchés de Normandie.   Les échanges de montbéliards sont réguliers. Les tarifs sont stables, compris entre 200 et 260 €, voire jusqu'à 300 € pour les meilleurs. Même tendance pour les croisés laitiers.   Le commerce de veaux de races allaitantes reste sélectif, même si la modestie ponctuelle de l'offre permet une stabilisation des cours. Les veaux viandés et autonomes pour boire trouvent facilement preneur, mais les plus communs se placent difficilement.   Les bons charolais ou limousins se vendent de 400 à 470 €, voire 500 € pour les meilleurs. Les sujets très conformés restent recherchés. Les mâles jaunes ou blancs bleus se placent de 350 à 450 €, tandis que les femelles partent 30 € en dessous de cette gamme de prix.  Lire

jeudi 09 avril 2015 - 16h52

Commerce calme

La proportion de veaux laitiers reste assez abondante pour la saison.  Pas de changement d'orientation par rapport à la semaine passée. Les intégrateurs couvrent encore assez facilement leurs besoins face à une plus grande régularité des vêlages. Sur les marchés, la proportion de veaux laitiers reste assez abondante pour la saison.   Les cours des prim'holsteins n'évoluent pas. Ce jeudi, sur le marché de Château-Gontier, les sujets convenables de 45/55 kg s'échangeaient entre 100 et 145 €. Ceux de 50/60 kg se sont négociés entre 150 et 160 €. Les veaux plus lourds destinés à l'élevage peuvent monter jusqu'à 170 € sur les cadrans bretons.   Si les tarifs des montbéliards dans le sud-est et des bons normands dans l'ouest se maintiennent, la tendance est un peu plus lourde pour les normands ordinaires. Ces derniers se négocient sur la même base que les prim'holsteins. Les supérieurs voient leurs tarifs dépasser difficilement 200 €. Les montbéliards convenables se valorisent de 180 à 250 €, et les meilleurs, destinés aux labels, de 250 à 300 €.   Concernant les veaux de qualité destinés aux labels, les marchés de début de semaine à Saint Etienne, Lezay ou Bourg-en-Bresse ont été assez tendus, avec un recul des cours des bons croisés/mixtes ainsi que des charolais et limousins convenables.   Les cours des veaux de conformation supérieure restent stables car cette marchandise est peu offerte. La gamme tarifaire s'élargit, avec des sujets de conformation supérieure commercialisés de 480 à 550 €, des veaux lourds buveurs de 380 à 450 € et les légers ou non-buveurs de 250 à 340 €. Les femelles se négocient 30 € en dessous de ces prix.    Lire

jeudi 02 avril 2015 - 17h30

Baisse des prix en croisés

L'offre en veaux laitiers correspond aux besoins des intégrateurs.  L'offre en veaux laitiers correspond aux besoins des intégrateurs. Des retards sont constatés pour les sorties des ateliers d'engraissement de veaux standards. Les tarifs sont stables dans l'ensemble des veaux prim'holsteins, normands ou monbéliards. Sur les marchés en vif, le prix des veaux prim'holsteins se stabilise entre 150 et 160 €/tête dans les sujets lourds et de 120 à 145 €/tête pour ceux convenables destinés à l'engraissement. En normands, les tarifs s'établissent entre 120 et 170 €/tête pour les sujets de 45 à 50 kg. Ils grimpent à 200 €/tête pour les meilleurs. Les lots de montbéliards convenables (55/60 kg) se négocient entre 230 et 260 €/tête, voire 300 €/tête pour les très bons sujets. Les veaux standards et les abondances se vendent au prix des normands.   Les transactions demeurent très sélectives dans les veaux croisés d'engraissement, avec des tarifs sérieusement revus à la baisse. C'est le cas sur le marché de Lezay (- 20 €/tête). Les mâles croisés blanc-bleu et « gris » convenables se vendent de 280 à 380 €/tête. Les meilleurs atteignent 450 €/tête. Le prix des femelles se situe 30 à 50 €/tête en dessous. Les « taupes » se vendent avec plus de difficulté. Les bons plafonnent à 280 €/tête tandis que les standards partent autour de 200 à 230 €/tête.   Dans les très bons veaux charolais, limousins ou croisés, le commerce est un peu plus calme, avec des tarifs sans changement sur les marchés de Lezay, Saint-Etienne ou Bourg-en-Bresse. L'offre n'est pas suffisante. Le placement est en revanche plus difficile dans les veaux « jaunes » de moyenne conformation ou plus légers, avec un tri sévère dans les femelles.    Lire

mardi 31 mars 2015 - 17h49

Sélectif en laitiers

Les disponibilités en veaux laitiers couvrent plus facilement la demande.  Les disponibilités en veaux laitiers ont été un peu plus étoffées. Elles couvrent plus facilement la demande.   Les intégrateurs maintiennent les tarifs pour limiter les exportations vers l'Espagne. Le commerce des veaux plus communs se montre plus sélectif. Sur les marchés, les tarifs ont été globalement reconduits. Les prim'holsteins de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 120 et 150 €/tête. Les plus lourds atteignent 160 €/tête.   La vente des normands convenables est plus calme. Leurs tarifs sont au même niveau que ceux des prim'holsteins. En Normandie, les meilleurs se négocient entre 180 et 220 €/tête. Les échanges de montbéliards sont suivis. A Bourg-en-Bresse, les veaux légers se vendent entre 100 et 170 €/tête. Ceux de 55 à 65 kg sont valorisés de 220 à 260 €/tête. Les meilleurs se négocient entre 280 et 300 €/tête.   Du côté des veaux croisés laitiers, la tendance est lourde. Les besoins sont moindres. Les tarifs baissent de 10 à 20 €/tête.    Les limousins et les croisés hauts de gamme s'écoulent normalement sur des bases tarifaires stables en raison d'une offre limitée. Les transactions des veaux allaitants lourds de milieu de gamme sont plus tendues. Les acheteurs recherchent plutôt des veaux légers bien conformés pour des sorties en septembre.  Lire

jeudi 26 mars 2015 - 16h56

Les races à viande sous pression

Le commerce est nettement plus difficile dans la perspective des sorties de la mi-août.  Le commerce des veaux de race pure ou croisés lourds et bien conformés est nettement plus difficile, avec une très forte pression de la part des acheteurs. Les tarifs se sont repliés de 20 à 30 € sur les marchés. Les très bons croisés montbéliards se sont négociés de 550 à 630 € à Saint-Etienne ou Saint-Laurent de Chamousset.   Les tarifs descendent nettement en dessous de 500 € pour les sujets lourds de Bourg-en-Bresse. Les cours des limousins se sont difficilement maintenus à Lezay. Les mâles de catégorie supérieure se sont négociés entre 470 et 530 €, et les femelles de 450 à 490 €. La marchandise plus standard reste valorisée entre 350 et 450 €.     Les disponibilités de veaux laitiers sur le marché français sont suffisantes avec moins d'exportation pour satisfaire une demande mesurée pour la rentrée. Les tarifs sont stables sur l'ensemble des marchés de ce début de semaine. Les lots de veaux standard de 45 à 55 kg se vendent de 100 à 150 €. Peu d'animaux dépassent les 160 € pour les plus lourds.   La commercialisation des bons normands est également régulière, avec des tarifs qui s'établissent entre 100 et 140 € pour ceux de 45 à 55 kg, de 150 à 180 € pour les bons sujets de 55 à 60 kg. Ils montent entre 200 et 220 € pour les meilleurs veaux d'élevage en Normandie.   La tendance est à la stabilité pour les montbéliards à Bourg-en-Bresse avec davantage d'offre. Les prix des sujets convenables s'étalent de 220 à 260 € et se stabilisent à 300 € pour les meilleurs.   Le commerce des croisés laitiers ou allaitants est nettement plus sélectif. Les prix se dégradent, notamment ceux des bons sujets. Les veaux taupes ordinaires de 45 à 50 kg se valorisent de 150 à 200 €. Les meilleurs grimpent entre 250 et 320 €.  Lire

mardi 24 mars 2015 - 17h05

Stabilité des laitiers

Le commerce des veaux laitiers reste sous le contrôle des intégrateurs. La couverture des besoins se révèle presque complète. Quelques importations outre-Rhin ont lieu pour contenir les prix. A Château-Gontier, les lots de prim'holsteins pesant de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 100 et 150 €/tête. Les sujets les plus lourds atteignent 160 €/tête.  Le commerce des veaux laitiers reste sous le contrôle des intégrateurs. La couverture des besoins se révèle presque complète. Quelques importations outre-Rhin ont lieu pour contenir les prix. A Château-Gontier, les lots de prim'holsteins pesant de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 100 et 150 €/tête. Les sujets les plus lourds atteignent 160 €/tête.   Le commerce des normands lourds est normal et leurs cours stables. Les tarifs des sujets convenables se situent au niveau des ceux des prim'holsteins. Les meilleurs convenant à faire du jeune bovin oscillent entre 180 et 200 €/tête. En montbéliards, la tendance est également au maintien des prix. Les bons sujets se négocient entre 200 et 260 €/tête. Les meilleurs dépassent 300 €/tête.    Les acheteurs de veaux allaitants se montrent réservés. Les tarifs des veaux de bonne conformation se maintiennent faute d'offre. Les transactions des croisés ordinaires sont plus sélectives. Ce matin, à Château-Gontier, face à une offre peu garnie, les cours sont stables.    Lire

jeudi 19 mars 2015 - 18h50

Cours stables en laitiers

Les veaux laitiers voient leurs tarifs reconduits, tandis que le commerce de sujets croisés est plus difficile.  Le commerce est régulier, et les intégrateurs ont réussi à contrecarrer la demande espagnole. L'appel aux veaux d'Outre-Rhin pour compléter l'offre française reste mesuré, mais enraye la hausse. Les tarifs des veaux laitiers ou mixtes sont stables. Sur le marché de Lezay, les prim'holsteins se vendent entre 120 et 145 €, voire 150 à 160 € pour les meilleurs.   Le placement des croisés laitiers est plus difficile. Les cours des blanc-bleus ordinaires reculent de 20 à 30 €.   En veaux limousins, la tendance est baissière. L'offre de bons veaux reste étoffée, les cours perdent 10 € pour afficher 510 € en moyenne. Les sujets convenables se négocient entre 400 et 450 € alors que les veaux plus légers ne dépassent pas 250 à 350 €.   Sur les marchés du Sud-Est, à Saint-Laurent-de-Chamousset, à Saint-Etienne et à Bourg-En-Bresse, les tarifs des bons croisés charolais et montbéliards sont stables, faute d'offre. Le tri est plus marqué dans les lots de veaux ordinaires et de femelles. Les cours des montbéliards sont reconduits entre 200 et 260 €, voire 300 € pour les meilleurs.  Lire

mardi 17 mars 2015 - 18h29

Plus difficile en croisés

La tendance se durcit pour les croisés et les veaux de race pure.  La tendance se durcit pour les croisés et les veaux de race pure. Sur le marché de Château-Gontier, la commercialisation était nettement plus difficile ce jeudi du fait du recul des mises en place d'août. La baisse moyenne appliquée de 20 € sur la grille de cotation s'accompagne d'une très grande irrégularité, en fonction des liens commerciaux et de la qualité des veaux. Certains sujets ont perdu plus de 50 €, notamment les sujets ordinaires.   Du côté des veaux laitiers, les transactions sont régulières, avec des tarifs qui se sont globalement stabilisés. Les prim'holsteins convenables de 45 à 55 kg se vendent entre 110 et 150 €. Les plus lourds atteignent 160 €. Les normands standards se négocient dans la même gamme de prix. Les meilleurs sont valorisés autour de 200 €. Le commerce des montbéliards et des croisés laitiers ordinaires est plus calme. Les tarifs sont stables. Les légers se vendent entre 100 et 150 €. Les cours des ordinaires sont compris entre 180 et 250 €. Les sujets plus lourds destinés à faire du veau label se négocient entre 250 et 300 €.  Lire

jeudi 12 mars 2015 - 15h34



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Blé tendre : comment évolueront les prix en 2015/2016 ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK