accueil  Accueil / tendances-veaux
Elevage
Tendances veaux

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Commerce difficile

Les tarifs des prim'holsteins, des normands et des croisés laitiers sont malmenés.  L'offre couvre les besoins restreints par le manque de place dans les ateliers d'engraissement. Certains intégrateurs commencent à contingenter les apports chez leurs fournisseurs habituels.   Les bons mâles prim'holsteins ont vu leurs cours dégringoler de 30 à 40 € en un mois. Sur le marché de Château-Gontier, les sujets de 50 à 55 kg se vendent entre 90 et 140 €, et les meilleurs montent à 155 €. Les veaux de 45 à 50 kg trouvent preneur entre 60 et 90 € et les plus légers peinent à se placer.   Même tendance en normandes. Les tarifs des veaux ordinaires sont souvent en dessous de ceux des prim'holsteins. Les sujets à l'élevage de bœufs ou de jeunes bovins tirent leur épingle du jeu, et se maintiennent entre 170 et 200 € en Normandie.   En croisés laitiers, si les meilleurs sujets blanc bleu s'écoulent sur des bases tarifaires sensiblement maintenues, le commerce est plus difficile pour les sujets ordinaires, avec des tarifs tirés vers le bas par les laitiers.   L'offre modeste de veaux d'élevage ne permet pas aux acheteurs de peser sur les cours. Les bons veaux se vendent encore de 400 à 460 €, voire 530 € pour les meilleurs. Les veaux plus légers se négocient de 330 à 380 €. Les sujets communs voient leurs cours réduits entre 170 à 330 €, voire moins pour les inférieurs.    Lire

jeudi 30 juillet 2015 - 18h39

Baisse en prim'holsteins

La hausse de l'offre tend les échanges. Les cours des montbéliards sont stables, les normands peinent à se placer, les tarifs des prim'holsteins se réduisent.  Malgré les promotions estivales sur la viande de veau, les ventes manquent de tonus. Les stocks sur pied restent conséquents, avec de fortes conséquences sur les coûts de production et la mortalité. Le prix du veau gras continue de se dégrader dans un contexte européen très chargé. Le manque de places disponibles dans les ateliers repousse les mises en place.   Les volumes progressent doucement et couvrent aisément les besoins des intégrateurs. A Lezay, les cours reculent de 10 à 15 €. Les prim'holsteins de 45 à 55 kg se négocient entre 100 et 140 €, avec un tri plus marqué dans les lots. Les veaux de moins de 42 kg partent en dessous de 50 €, et risquent de ne plus trouver preneur. Les sujets lourds se commercialisent à 160 €.   Dans ce contexte de meilleure couverture des besoins, les normands sont peu recherchés. À Sourdeval, les sujets convenables se vendent entre 100 et 130 €, et les meilleurs entre 160 et 180 €. Les cours des montbéliards se stabilisent. Sur le marché de Bourg-en-Bresse, ils vont de 60 à 160 € pour les légers, et de 180 à 230 € pour les sujets de 50 à 65 kg. Les meilleurs atteignent 280 €.   La tension commerciale est également marquée dans les croisés laitiers, avec une gamme tarifaire très ouverte entre les taupes ou gris ordinaires et les bons croisés blanc bleus. Le commerce de bons veaux de race pure, ou convenant aux labels, est également plus sélectif, avec des tarifs très variables entre les limousins, les charolais ou croisés jaunes, et les veaux légers.  Lire

mardi 28 juillet 2015 - 18h47

Tendance baissière

Les cours perdent quelques centimes, et les lots sont plus sévèrement triés  Les apports s'étoffent, avec les reports du 14 juillet, et le nombre de veaux laitiers sont en hausse. Les places dans les ateliers se font rares. Les veaux gras sont peu recherchés, et les retards de sortie bouchent les ateliers.   Le commerce de veaux laitiers ou croisés laitier est tendu, avec une dégradation des cours de 10 €. Sur le marché de Château Gontier, les prim'holsteins de 50 à 60 kg se vendent de 130 à 160 €, et jusqu'à 175 € pour les sujets supérieurs. Le tri des lots inférieurs est sévère et les sujets de moins de 45 kg peinent à trouver preneur.   Le placement des veaux de race à viande ou destinés aux labels est calme. Les bons charolais, limousins, rouges des prés ou croisés viande s'écoulent à des prix stables. A Château Gontier, les veaux de 60 à 70 kg restent valorisés entre 410 et 470 €, et les cours des meilleurs animaux montent jusqu'à 520 €. En revanche, la sélection est marquée dans les lots de croisés mixtes et dans l'ensemble des veaux ordinaires.    Lire

jeudi 23 juillet 2015 - 18h54

Baisse des cours en laitiers comme en mixtes

Les tarifs se réduisent. Les montbéliards souffrent d'un marché trop abondant.  Le commerce est plus tendu. Les acheteurs ont resserré leurs achats faute de demande estivale, mais également des places dans les ateliers. Les apports sont conséquents, car ils rattrapage la semaine écourtée par le férié du 14 juillet.   Les tarifs baissent de 10 à 15 €. Le tri est plus sévère dans les lots. A Lezay, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se valorisent de 120 à 140 €. Les plus lourds atteignent difficilement 170 €.   La tendance est similaire en Normandie et à Bourg en Bresse. A Sourdeval, les tarifs des normands de 45 à 50 kg se situent entre 140 et 160 €, tandis que les sujets de 50 à 60 kg partent entre 160 et 170 €. Les échanges de montbéliards sont compliqués, car l'offre dépasse la demande. Les cours des veaux de conformation supérieure chutent de 30 €, tandis que ceux des sujets de 45 à 50 kg dégringolent de 50 € pour afficher entre 50 et 150 €.   Le commerce des veaux d'élevage ou convenant aux labels perd en tonus. Seuls les très bons veaux de race pure ou croisés de qualité voient leurs cours reconduits. Les veaux ordinaires de moins de 45 kg et ceux de mauvaise conformation peinent à trouver preneur. A Bourg en Bresse, les prix des croisés mixtes lourds perdent 30 € pour s'établir entre 370 et 480 €. Les meilleurs partent entre 500 et 540 €. En revanche, les charolais de 60 à 70 kg vendus à Lezay voient leurs cours se stabiliser, de 380 à 420 €.    Lire

mardi 21 juillet 2015 - 18h08

Commerce calme

Les retards de sortie s'amplifient avec les fortes chaleurs. Le manque de place se fait sentir dans les ateliers.  Le début de la semaine a été perturbé par le 14 juillet. Des marchés ont fermé, comme à Lezay. D'autres ont enregistré des apports réduits, comme à Saint Etienne et à Bourg en Bresse, ne permettant pas d'établir de grille de prix. A Château-Gontier, seul marché correctement approvisionné, les transactions sont plus sélectives en veaux laitiers, même si les cours se maintiennent. Les prim'holsteins lourds partent à 180 €, et les sujets de 45 à 55 kg se placent entre 140 et 165 €. Les animaux légers trouvent difficilement preneur. A Gavray, les bons normands se vendent calmement, à des prix reconduits entre 175 et 215 €.   Les bons croisés laitiers sont recherchés, mais le placement est plus tendu pour les veaux légers.   Les sujets de race à viande ou les bons croisés allaitants s'écoulent régulièrement, à des tarifs reconduits. En revanche, les animaux ordinaires peinent à se placer. Les charolais et les croisés de conformation supérieure se négocient de 470 à 520 € à Château-Gontier, tandis que les sujets standards de 60 à 70 kg se valorisent de 410 à 470 €.    Lire

jeudi 16 juillet 2015 - 17h06

Tendance lourde

Les vêlages progressent, alors que les besoins diminuent.  Les vêlages progressent, alors que les besoins diminuent. Avec les moissons et les vacances, certains éleveurs ne rentrent pas de lot au début de l'été. Par ailleurs, les retards de sortie sont encore importants. Il devient urgent de vendre les veaux en surpoids car ils supportent très mal la chaleur. Les tarifs des veaux gras restent orientés à la baisse.   Dans les petits veaux, le commerce est plus calme, avec des volumes qui permettent un tri un peu plus sensible de la part des intégrateurs. Ce jeudi sur le marché de Château-Gontier, les tarifs des veaux prim'holsteins, les plus légers, étaient orientés à la baisse. Les veaux de 45 à 55 kg se sont négociés de 140 à 165 €/tête. Les cours plafonnent à 180 €/tête dans les plus lourds. Une tendance baissière est également observée dans les veaux normands ordinaires, avec des tarifs calés sur ceux des prim'holsteins pour les ordinaires. Les très bons sujets se sont encore valorisés de 180 à 220 €/tête sur le marché de Gavray en Normandie.   La sélection est plus forte dans les ordinaires ou maigreux, où l'offre est plus importante après la canicule de la semaine passée. Certains veaux sont commercialisés entre 20 à 60 €/tête.   Dans les croisés laitiers, la marchandise commune ou légère se vend avec plus de difficulté. Les tarifs sont en baisse, mais les jolis veaux gris ou blanc bleu restent normalement valorisés. Les croisés standards se vendent de 230 à 280 €/tête, mais les sujets de moindre conformation trouvent difficilement preneur ou à petit prix. Dans les croisés de bonne conformation, les tarifs se situent encore entre 450 et 500 €/tête. Les sujets plus communs se valorisent de 350 à 430 €/tête, voire moins dans les femelles.   Dans les veaux issus du troupeau allaitant (charolais, limousins ou rouge des prés) ou croisés de race à viande frais et buveur, la vente reste régulière avec des tarifs qui se maintiennent, faute d'offre suffisante.    Lire

jeudi 09 juillet 2015 - 17h33

Commerce plus sélectif

Les retards de sorties ralentissent les mises en place. Les intégrateurs pratiquent un tri plus sévère.  L'activité commerciale est plus lourde. Les retards de sorties ralentissent les mises en place. Les intégrateurs qui avaient réussi à limiter la hausse en mai et juin profitent d'un équilibre offre/demande pour pratiquer un tri plus sévère et même peser sur les prix sur les marchés où les tarifs étaient très élevés.   Les volumes progressent légèrement, alors que la qualité reste convenable en prim'holsteins. Certains distributeurs restent focalisés sur le veau français et cela permet de limiter la pression. Les tarifs sont maintenus sur le marché de Lezay où les prim'holsteins de 45 à 55 kg se sont vendus entre 140 et 170 €/tête. Les plus lourds atteignent 180 €/tête.   Le commerce est plus calme pour les normands de Normandie où les tarifs tendent à plafonner. Ceux de 45 à 50 kg se situent entre 120 et 150 €/tête ; ceux de 50 à 60 kg entre 150 et 170 €/tête. Les plus lourds, triés pour l'élevage, se vendent autour de 180 €/tête.   La tendance est baissière sur les marchés de Saint-Laurent-de-Chamousset, de Saint-Etienne et de Bourg-en-Bresse. En montbéliards, les cours perdent de 10 à 23 €/tête. Les meilleurs se vendent de 280 à 300 €/tête. La marchandise convenable se valorise entre 230 et 260 €/tête, tandis que les ordinaires partent entre 140 et 180 €/tête.   Les tarifs des veaux fragiles sont malmenés, quelle que soit la race. Ils varient entre 20 et 50 €/tête.    Lire

mardi 07 juillet 2015 - 17h26

Légère tension en laitiers

Les cours sont stables, mais le commerce perd en fluidité.  La réduction de la demande pour les mises en place de fin d'année est compensée par des volumes qui restent mesurés. Néanmoins, les intégrateurs sont sélectifs. Les tarifs conservent leurs niveaux.   Sur le marché de Château-Gontier, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se vendent entre 140 et 170 €, tandis que ceux pesant plus de 60 kg montent à 185 €. Les cours des normands se tassent légèrement en Normandie, avec des bons sujets qui atteignent à peine 200 € et des sujets convenables vendus entre 140 et 160 €.   Les échanges de bons veaux de race à viande ralentissent nettement à Château-Gontier, faute d'acheteurs suffisants. Les prix se rétractent de 10 €. Les transactions restent régulières pour les croisés de race à viande ou mixtes. Les bons mâles croisés jaunes, blanc bleu ou Inra 95 se valorisent entre 400 et 480 €, voire 550 à 600 € pour les mieux conformés. Les cours des femelles se tiennent, mais restent en retrait de 20 à 30 € par rapport à ceux des mâles.    Lire

jeudi 02 juillet 2015 - 17h21

Commerce calme

Les tarifs restent stables sur la quasi-totalité des marchés.  Comme souvent à cette période de l'année, le commerce se durcit sous la pression des intégrateurs qui réduisent les mises en place. Celles-ci correspondant aux sorties de fin d'année, les ateliers cumulent des retards de sorties et le nombre de place disponibles se réduit en saison estivale. Néanmoins, les volumes disponibles demeurent mesurés et n'engendrent pas de pression particulière sur les marchés.   Les tarifs des prim'holsteins sont stables sur les marchés de Rethel et de Lezay. Les sujets de 45 à 55 kg se valorisent entre 140 et 170 €. Les plus lourds atteignent 190 €.   Les cours sont aussi reconduits pour les montbéliards de Bourg-en-Bresse. La demande est plus mesurée mais l'offre recule parallèlement. Les lots de 45 à 50 kg se vendent entre 170 et 240 €, ceux de 50 à 60 kg partent entre 250 à 280 €, et les plus lourds, triés pour le label, affichent entre 300 et 330 €.   L'offre modeste de veaux de race à viande ou croisés continue de favoriser la fluidité du commerce de l'ensemble des bons charolais, limousins ou croisés. Les tarifs des mâles se situent entre 380 et 480 €, quand les femelles partent entre 350 et 460 €. Les sujets de bonne conformation se négocient de 500 à 600 €, voire davantage pour les supérieurs vendus à Saint Laurent de Chamousset.  Lire

mardi 30 juin 2015 - 17h21

Prix stables

Les vêlages progressent légèrement, sans impacter les échanges pour le moment.  Les retards de sortie ne risquent pas de se résorber. La hausse des températures, le début des soldes et la fin de l'année scolaire sont en effet défavorables à la consommation. Les vêlages tendent à progresser légèrement mais cela n'impacte pas les échanges pour le moment. A partir de la semaine prochaine (semaine 27), les mises en place se feront pour des sorties de fin d'année. Les acheteurs pourraient tenter de mettre la pression sur les prix car les volumes demeureront mesurés, avec une demande qui restera orientée vers le veau français.   Ce jeudi, sur le marché de Château-Gontier, les tarifs des mâles prim'holsteins de 45 à 55 kg sont restés stables entre 140 et 170 €/tête. Les lourds atteignent difficilement 185 €/tête. La tendance est également à la stabilité dans les normands alors que quelques hausses sont observées en montbéliards à Bourg-en-Bresse.   L'activité commerciale reste assez fluide dans les jolis veaux issus de croisement laitier. La vente est en revanche plus sélective dans les veaux légers ou « maigreux ».   Dans les veaux croisés, le commerce reste régulier en raison de la faiblesse de l'offre. Les bons veaux charolais ou croisés charolais (jaune) ou blanc bleu, frais, viandés et buveurs se valorisent entre 400 et 480 €/tête. Les meilleurs atteignent 500 €/tête, voire plus de 600 €/tête. Les prix des femelles affichent une bonne tenue. Ils sont inférieurs de 20 € à 30 €/tête à ceux des mâles.    Lire

jeudi 25 juin 2015 - 17h12

Cours stables

Abondances et montbéliards progressent. Les autres races voient leurs tarifs reconduits.  Les mises en place destinées aux sorties de fin d'année approchent. Le commerce est équilibré, et les cours des prim'holsteins et des normands sont stables. L'offre de prim'holsteins progresse doucement, sans impact sur les prix.   A Lezay, les tarifs des prim'holsteins de 45 à 55 kg sont reconduits et s'établissent entre 140 et 160 €. Les sujets plus lourds atteignent 180 €. Dans le sud du pays, la modestie de l'offre continue de dynamiser les échanges. Les tarifs des abondances et des montbéliards se maintiennent sur le marché de Bourg-en-Bresse, voire augmentent de 5 à 10 € pour les bons sujets. Ils sont compris entre 250 et 300 € pour les veaux de 50 à 60 kg.   Le commerce de bons veaux convenant aux labels et de veaux de boucherie haut de gamme reste régulier. La faiblesse de l'offre favorise les échanges et permet une reconduction des cours. Sur les marchés de Saint-Etienne, Lezay et de Bourg-en-Bresse, les bons croisés charolais lourds et les limousins ou charolais se valorisent entre 460 et 500 €. Les sujets supérieurs montent jusqu'à 600 €. Les mâles convenables et plus légers se commercialisent entre 400 et 460 €, et les femelles de 370 à 430 €.  Lire

mardi 23 juin 2015 - 16h44

Cours stables en laitiers

Les échanges sont réguliers, avec des cours sans changement.  Les volumes tendent à se stabiliser, voire à augmenter dans certaines régions. Le commerce est régulier sur l'ensemble des marchés.   Les cours des prim'holsteins de plus de 45 kg sont stables. A Château-Gontier, les mâles de 45 à 55 kg se commercialisent de 140 à 160 €, et les meilleurs atteignent 180 à 190 €. Les normands suivent cette tendance, avec des veaux convenables vendus entre 160 et 220 €. Pas de changement en montbéliards. Les tarifs sont stables à Bourg-en-Bresse. Les sujets de 50 à 55 kg se vendent de 200 à 260 €, et les meilleurs partent à 330 €.   L'offre de bons veaux de races à viande suffit juste à couvrir les besoins des acheteurs. La demande est ciblée sur les bons charolais, limousins, croisés charolais ou croisés blanc bleu, avec une conformation finale R ou U. Ces bons mâles se valorisent entre 430 et 500 €, voire 550 à 600 € pour les mieux conformés. Les prix des femelles se maintiennent, mais restent 20 à 30 € en dessous de ceux des mâles.  Lire

jeudi 18 juin 2015 - 16h50



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Races locales : peuvent-elles entrevoir un regain de développement ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK