Rechercher

 

accueil  Accueil / tendances-veaux
Elevage
Tendances veaux

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Hausse en Prim'holstein

Le commerce est soutenu par une offre toujours en retrait.  Malgré des besoins plutôt réduits, le commerce est soutenu par une offre toujours en retrait.   Les mises en place correspondant aux sorties d'aout, les besoins des intégrateurs restent mesurés. En face, l'offre se réduit. Le commerce des prim'holsteins est régulier, avec des tarifs haussiers. Sur les cadrans bretons et à Château-Gontier, les meilleurs veaux se négocient de 150 à 160 €. Ceux pesant 45 à 55 kg et destinés à l'engraissement se valorisent de 100 à 140 €. Les sujets fragiles voient leurs prix frémir à la hausse, mais se vendent péniblement.   Le placement des normands se fluidifie, et les tarifs se calent sur ceux des prim'holsteins. Les sujets destinés aux labels trouvent preneur entre 180 et 230 €. Ceux qui seront engraissés partent entre 120 et 170 €.   L'offre de veaux allaitants destinés aux labels reste timide. Les meilleurs sujets de race pure ou croisés s'échangent à des cours soutenus, et les femelles voient leurs cours reconduits. Les plus légers bénéficient de la poussée tarifaire des laitiers et des races mixtes.       Lire

jeudi 26 février 2015 - 17h53

Hausse des prix

Les veaux sont mieux valorisés, surtout les plus lourds.  L'offre recule. La demande reste mesurée pour des mises en place qui correspondent à des sorties du 15 août. Les veaux sont mieux valorisés, surtout les plus lourds. Sur les marchés de Rethel, Lezay ou Rabastens-de-Bigorre, les bons veaux prim'holsteins se sont commercialisés entre 140 et 160 €/tête. Ce type de veaux est également demandé à l'export pour la production de jeunes bovins. La majorité des veaux de 45/55 kg convenables destinés à l'engraissement se sont négociés entre 100 et 130 €/tête. Quant aux plus légers, leurs tarifs progressent également même si le tri reste marqué dans les sujets trop fragiles. En normands, la tendance est également à la hausse. Les ordinaires se vendent de 100 à 140 €/tête, tandis que les meilleurs atteignent 180 à 220 €/tête. La commercialisation des montbéliards reste fluide. Les ordinaires se valorisent de 200 à 260 €/tête et les très bons de 280 à 320 €/tête sur les marchés de Saint-Etienne ou de Bourg-en-Bresse. Cette tendance est aussi observée dans les veaux ordinaires issus de croisements laitiers. Dans les veaux de race à viande, les engraisseurs n'ont pas pu faire pression sur les prix, faute d'offre. Les tarifs de la semaine ont progressé de 10 euros/tête sur le marché de Lezay, avec des bons veaux limousins ou croisés charolais commercialisés entre 450 et 530 €/tête et des sujets de conformation supérieure toujours très recherchés et valorisés entre 550 et 600 €/tête.  Lire

mardi 24 février 2015 - 16h41

Bonne activité

L'offre diminue plus rapidement que la demande, poussant les cours à la hausse.  Les disponibilités diminuent plus rapidement que les besoins, engendrant une hausse des cours. Les prim'holsteins gagnent 10 €/tête. A Château-Gontier, les animaux de 45 à 50 kg sont valorisés entre 80 et 100 €/tête. Ceux de 50 à 60 kg se négocient entre 100 et 130 €/tête. Les veaux lourds destinés à faire du jeune bovin s'échangent entre 130 et 150 €/tête.   Les normands bénéficient de cette embellie. Leurs prix augmentent de 10 €/tête sur le marché de Carentan. Les sujets de 50 à 65 kg s'y vendent entre 120 et 150 €/tête. Les supérieurs atteignent 230 €/tête.   Le commerce des montbéliards est un peu plus calme à Bourg-en-Bresse. Les cours des veaux de 50 à 55 kg se situent entre 160 et 220 €/tête. Ceux de 55 à 65 kg varient entre 240 et 270 €/tête. Les plus lourds et les mieux conformés destinés aux labels sont valorisés entre 280 et 320 €/tête.   Les veaux légers (moins de 45 kg) et maigreux, toutes races confondues, sont délaissés.   L'activité commerciale des veaux allaitants de bonne conformation et viandés se montre plus tonique, faute d'offre suffisante. Les bons veaux croisés se négocient entre 400 et 500 €/tête. Les extras atteignent 600 €/tête. Les sujets légers se vendent entre 250 et 350 €/tête selon la race et le croisement.   Lire

jeudi 19 février 2015 - 17h12

Régulier en allaitants

Le commerce reste régulier grâce à des disponibilités restreintes.  Les mises en place de bons veaux de race à viande ou croisés sont en baisse. Le commerce reste régulier grâce à des disponibilités restreintes. Sur les marchés de Saint-Laurent de Chamousset, de Saint-Etienne, de Bourg-en-Bresse et de Lezay, les cours des limousins, des charolais et des croisés se maintiennent.   Les volumes de veaux laitiers se rétractent. Les bons prim'holsteins, normands et montbéliards se vendent sans difficulté. Sur le marché de Lezay, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se négocient entre 100 et 125 €/tête. Les sujets plus lourds destinés à faire du jeune bovin ou convenant à l'export sont valorisés entre 130 et 150 €/tête. Les veaux légers (moins de 42 kg) et fragiles restent peu demandés.   La tendance des normands suit celle des laitiers. Les meilleurs atteignent 220 €/tête.   La vente de montbéliards est calme face à un manque de places en élevage. A Bourg-en-Bresse, les tarifs des ordinaires se situent entre 180 et 230 €/tête. Les bons sujets se négocient entre 250 et 280 €/tête. Les plus lourds atteignent 320 €/tête.    Lire

mardi 17 février 2015 - 16h44

Tendance ferme

La réduction de l'offre est marquée. Le marché du prim'holstein est mieux orienté.    La réduction de l'offre est marquée. Le marché du veau prim'holstein est mieux orienté. Les augmentations de cette semaine permettent de retrouver les niveaux tarifaires de l'an passé.       Sur les marchés, les prim'holsteins de 45 à 50 kg ont valorisés de 60 à 90 €/tête. Ceux de 50 à 60 kg se vendent entre 90 et 120 €/tête. Les plus lourds oscillent entre 120 et 140 €/tête et atteignent 150 € sur les cadrans bretons.   Le commerce des normands bénéficie de cette détente commerciale. Les veaux standards se négocient dans la même gamme tarifaire que les prim'holstein. Ceux destinés à l'élevage se maintiennent entre 170 et 220 €/tête.   En montbéliard, la tendance reste ferme faute d'offre suffisante. Sur le marché de Bourg-en-Bresse, la marchandise légère se vend entre 80 et 140 €/tête. Les veaux standards de 50 à 55 kg se négocient entre 160 et 220 €/tête. Ceux de 55 à 65 kg varient entre 240 et 270 €/tête. Les plus lourds et les mieux conformés destinés aux labels oscillent entre 280 et 320 €/tête.   La commercialisation des croisés laitiers de moyenne conformation est également assez fluide. Les veaux légers (- de 42 kg) et maigreux toutes races confondues sont délaissés et mal valorisés.   Sur le marché des bons veaux allaitants destinés à faire des produits de qualité ou labellisés, la modestie de l'offre maintient les prix. La grande majorité des bons veaux croisés (mixte ou viande) se négocie entre 400 et 500 €/tête pour monter jusqu'à 600 €/tête pour les extras. Les sujets légers se vendent entre 250 et 350 €/tête en fonction des races et des croisements.   Lire

jeudi 12 février 2015 - 17h35

L'offre se réduit

Les cours tendent à progresser dans toutes les catégories.  Les besoins des intégrateurs sont mesurés. Les mises en place correspondent aux sorties de la seconde moitié de juillet, où la consommation est souvent atone. Toutefois, l'offre se réduit, et permet un commerce régulier. Les tarifs tendent à progresser.   Les bons veaux sont recherchés pour les exportations, et tirent le marché vers le haut. À Lezay, les cours des prim'holsteins gagnent 10 €. Les sujets lourds de 55 à 60 kg convenant à l'export s'échangent entre 130 et 140 €. Les lots convenables de 50 à 55 kg se négocient entre 90 et 130 €, et les sujets pesant de 45 à 50 kg partent entre 70 et 90 €.   Les bons veaux montbéliards restent demandés, et se valorisent entre 200 et 380 €. Les tarifs des normands progressent aussi.   Le commerce de veaux issus de croisement laitier est régulier. Les sujets viandés sont recherchés. Les mâles blanc bleu de plus de 60 kg se négocient entre 410 et 490 € sur le marché de Lezay.   Les meilleurs sujets, destinés aux labels ou aux rayons haut de gamme, sont trop rares pour que les acheteurs fassent pression sur les prix. Les tarifs restent fermes sur les marchés de Lezay, de Saint-Laurent de Chamousset, de Laissac et de Bourg-en-Bresse.  Lire

mardi 10 février 2015 - 16h43

Baisse de l'offre

Les intégrateurs pratiquent un tri moins sévère et paient les veaux les plus lourds un peu plus cher.  Les vêlages baissent, donc les volumes diminuent sur les marchés. Les intempéries sont également responsables des faibles apports dans certaines régions. Face à ce nouvel équilibre, les intégrateurs sont obligés de relâcher la pression. Ils pratiquent un tri moins sévère et paient les veaux les plus lourds un peu plus cher. Le recul de l'offre devrait continuer dans les semaines à venir. Ce jeudi, l'activité du marché de Château-Gontier confirme cette tendance avec une facile reconduction des prix dans les veaux prim'holsteins qui ont été valorisés de 50 à 80 €/tête pour les 45/50 kg et de 85 à 120 €/tête pour les 50 à 60 kg. Le prix des plus lourds, convenant à faire du jeune bovin, montent jusqu'à 140 €/tête. Dans les veaux normands standards (45-55 kg) les prix se situent au même niveau que les prim'holsteins. Les bons sujets convenant à l'élevage se vendent entre 160 et 200 € sur les marchés de Normandie. Les prix des bons montbéliards sont très fermes dans le sud-est. Les convenables se valorisent entre 220 et 260 €/tête et les meilleurs jusqu'à 300 €/tête.   En charolais, limousins ou croisés, les volumes sont faibles. Les tarifs augmentent à Bourg-en-Bresse ou Château-Gontier. Les tarifs des bons veaux limousins, charolais ou croisés lourds restent compris entre 470 et 550 €/tête. Les plus légers se vendent de 350 à 450 € et les ordinaires de 250 à 350 €/tête.    Lire

jeudi 05 février 2015 - 18h08

Cours stables

Les tarifs sont reconduits. Les montbéliards gagnent même quelques euros.  Bien qu'elle se réduise, l'offre couvre les besoins des intégrateurs pour les sorties de la mi-juillet. Néanmoins, le commerce de prim'holsteins est régulier. Les tarifs des sujets lourds progressent légèrement.   Sur les marchés de Lezay et de Rethel, les cours des veaux laitiers sont stables. Les prim'holsteins de 45 à 50 kg se vendent entre 80 et 120 €, et entre 120 et 140 € pour les plus lourds. A Bourg-en-Bresse, les montbéliards gagnent 10 €, grâce notamment à la réduction des vêlages, et à la neige qui perturbe le ramassage des veaux en zones de montagne. Les sujets de 50 à 60 kg se valorisent de 200 à 250 €. Les meilleurs se négocient de 260 à 300 €. En normand, le commerce est toujours difficile. Les sujets ordinaires peinent à se placer, au profit des prim'holsteins. En revanche, les tarifs des animaux lourds se redressent.   L'offre de bons veaux de qualité destinés aux labels est limitée. Les tarifs des sujets de conformation supérieure se maintiennent sans difficulté sur les marchés de Saint-Etienne, de Lezay et de Bourg-en-Bresse. Même tendance pour les bons veaux croisés, limousins ou charolais lourds.    Lire

mardi 03 février 2015 - 17h56

Légère détente en prim’holsteins

La réduction de l'offre régule le marché.  La réduction de l'offre régule le marché. La demande espagnole de gros prim'holsteins et montbéliards pour la production de jeunes bovins progresse.    Les bons prim'holsteins sont moins sévèrement triés. Leurs tarifs progressent légèrement sur les marchés de Lezay, de Rethel et de Bourg-en-Bresse. Les cours des veaux standards sont stables. Ce mardi sur le marché de Lezay, les prim'holsteins de 45 à 55 kg se sont valorisés entre 80 à 115 €/tête. Ceux de 55 à 60 kg se négociaient entre 115 et 130 €/tête.   Les prix des bons normands viandés sont stables. La demande reste sélective pour les sujets ordinaires.   Les tarifs des montbéliards restent fermes sur le marché de Bourg-en-Bresse. Les montbéliards viandés se vendent facilement entre 180 et 230 €/tête. Les sujets plus lourds convenant aux labels se négocient entre 230 et 280 €/tête.   Les bons croisés laitiers sont recherchés. Les tarifs de ceux de moyenne conformation ou plus légers sont stables.   L'offre de veaux de race pure et croisés ne suffit pas à couvrir la demande. Le commerce est très fluide. Les tarifs se maintiennent sans difficulté sur les marchés de Saint-Étienne, Lezay et Bourg-en-Bresse. Les bons mâles limousins, charolais et croisés charolais, frais et viandés se vendent entre 450 et 500 €/tête. Les meilleurs se négocient entre 550 et 600 €. Les mâles plus légers et les femelles convenables se vendent entre 350 et 450 €/tête.  Lire

mardi 27 janvier 2015 - 17h42

Commerce plus régulier

La réduction des vêlages fluidifie les échanges de prim'holsteins.  La réduction des vêlages fluidifie les échanges de prim'holsteins. Les veaux laitiers sont moins sévèrement triés.   Sur le marché de Château-Gontier, les tarifs des prim'holsteins se maintiennent. Ceux de 45 à 55 kg sont commercialisés entre 80 et 110 €/tête. Ceux de 55 à 60 kg sont valorisés entre 110 et 130 €/tête.   Les prix des normands moyens se stabilisent entre 80 et 110 €/tête. Les bons sujets destinés à l'élevage sont valorisés entre 140 et 180 €/tête.   Les cours des montbéliards sont fermes faute d'offre suffisante. Les très bons sujets se négocient entre 240 et 280 €/tête, les bons viandés entre 180 et 200 €/tête et les ordinaires entre 100 à 150 €/tête.   La demande de veaux croisés laitiers est moins soutenue. Le commerce reste régulier grâce à des disponibilités faibles. Les taupes et les gris ordinaires s'échangent entre 180 à 250 €/tête pour les femelles et entre 220 et 300 €/tête pour les mâles. Les meilleurs dépassent 350 €/tête.   Le commerce des bons mâles charolais et limousins et des croisés charolais, frais et viandés reste soutenue grâce à des disponibilités tout juste suffisantes.    Sur le marché de Château-Gontier, les veaux de race à viande ou croisés allaitants se vendent entre 300 et 380 €/tête pour les petits et entre 400 et 470 €/tête pour les lourds. Les meilleurs se négocient entre 480 à 530 €/tête. Les femelles se valorisent environ 30 € en dessous de ces tarifs.  Lire

jeudi 22 janvier 2015 - 18h01

Stabilité des prix dans l'ensemble des catégories

Les disponibilités se réduisent. Les tarifs sont globalement reconduits.  L'offre de prim'holsteins tend à se réduire sur les marchés. Mais les engraisseurs continuent de maîtriser les mises en place pour des sorties de début juillet. Les cours des sujets convenables sont reconduits.   Les veaux légers sont invendus, faute de valorisation suffisante. Les intégrateurs ciblent les veaux de 47 à 60 kg. Sur le marché de Lezay, les tarifs varient de 80 à 110 €. Quelques sujets plus lourds et destinés à l'élevage en Espagne atteignent 120 €.   Le commerce de normands ordinaires reste difficile. Les bons sujets voient leurs cours se stabiliser. Les meilleurs se valorisent entre 140 et 170 € sur le marché de Sourdeval, tandis que les plus légers se vendent moins chers que les prim'holsteins.   A Bourg-en-Bresse, l'offre de montbéliards s'érode, ce qui fluidifie la vente et maintient les prix. Les sujets de 50 à 55 kg se placent entre 180 et 230 €, et le plus lourds montent entre 260 et 280 €.   Les besoins en veaux croisés sont moins soutenus à l'approche des mises en place estivales, mais la modestie de l'offre ne permet pas aux acheteurs de faire baisser les prix. Ces derniers restent fermes sur les marchés de Saint-Etienne, de Bourg-en-Bresse et de Lezay. Les bons mâles limousins, charolais ou croisés charolais trouvent preneur entre 400 et 500 €, voire plus de 550 € pour les meilleurs. Les sujets ordinaires se placent plus calmement.    Lire

mardi 20 janvier 2015 - 17h52

Volumes en baisse

Les tarifs sont reconduits sur l'ensemble des marchés et chez la plupart des intégrateurs.  La réduction des volumes permet un certain équilibre du marché. Les tarifs ont été reconduits sur l'ensemble des marchés et chez la plupart des intégrateurs. Les prim'holsteins convenables de 47 à 55 kg se négocient entre 70 et 110 €/tête. Les plus lourds convenant pour l'export atteignent 120 €/tête. Les veaux les plus légers ont du mal à trouver preneur.   Les normands continuent d'être boudés par les industriels, faute notamment de débouchés à l'export. La valorisation des sujets ordinaires est souvent inférieure à celle des prim'holsteins. Les tarifs des très bons sujets convenant à l'élevage sont compris entre 150 et 180 €/tête, voire 200 €/tête pour les meilleurs.     L'activité commerciale des bons veaux de race pure ou croisés destinés aux labels reste favorisée par la modestie de l'offre sur les marchés. Les tarifs pratiqués sont stables. Sur les marchés de Château-Gontier, Lezay, Agen, Saint-Etienne et Bourg-en-Bresse, les veaux ordinaires se négocient entre 305 et 380 €/tête. Les sujets viandés recherchés se négocient entre 400 à 480 €/tête. Les tarifs des sujets les plus lourds ou de conformation supérieure se situent entre 500 et 600 €/tête.   Lire

jeudi 15 janvier 2015 - 15h10



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Lait : les quotas ont-ils été une bonne chose ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK