Rechercher

 

accueil  Accueil / tendances-bovins-maigres
Elevage
Tendances bovins maigres

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

Marchés dynamiques

Les sorties sont moins importantes alors que les besoins pour l'exportation restent soutenus.  Les sorties saisonnières sont moins importantes alors que les besoins pour l'exportation restent soutenus. La demande algérienne est forte avec des importateurs qui veulent profiter du quota sans taxe. La baisse de l'euro par rapport au dollar renforce la compétitivité de l'offre européenne.   Les cours des mâles progressent. Les charolais de 250 à 350 kg sont valorisés entre 2,82 et 3,20 €/kg. Les charolais U de 350 à 400 kg sont plus demandés. Leurs tarifs se situent autour de 2,74 €/kg vif. La demande de broutards de plus de 500 kg est plus réservée. Leur valorisation n'excède pas 2,44 €/kg vif.     Les marchés de l'ouest bénéficient également de cette tendance. Les charolais de 250 à 300 kg y sont négociés entre 780 et 860 €/tête. Ceux de 300 à 350 kg se vendent entre 870 et 920 €/tête.   Dans le sud-ouest, la demande de blonds d'Aquitaine est ciblée sur la qualité. Les cours des mâles U de 200 à 250 kg se situent entre 3,60 et 3,80 €/kg vif sur le marché d'Agen. Ils sont légèrement supérieurs à Rabastens-de-Bigorre.   Dans l'ouest, la demande de sujets lourds à destination des Pays-Bas est régulière.  Lire

mercredi 28 janvier 2015 - 17h36

Bonne activité pour les mâles

Le dynamisme des exportations vers le Maghreb et la Turquie permet un maintien des cours.    Un regain de dynamisme des exportations vers le Maghreb et la Turquie permet un commerce assez fluide et un maintien des cours dans l'ensemble des mâles charolais, limousins, salers et blonds d'Aquitaine.   Les mâles légers sont à la fois recherchés pour l'export vers la Turquie et pour des mises en place chez les engraisseurs et les repousseurs. Les animaux de 350 à 450 kg se vendent pour être exportés vers le Maghreb et l'Italie.   Sur les marchés de Moulins-Engilbert, Saint-Christophe-en-Brionnais et Bourg-en-Bresse, les charolais U de 400 à 450 kg se négocient entre 2,44 et 2,52 €/kg. Ceux de 350 à 400 kg  sont valorisés entre 2,67 et 2,74 €/kg vif. Les bons sujets U pesant de 300 à 350 kg se vendent entre 2,70 et 2,80 €/kg. Les tarifs des plus légers se situent entre 2,90 et 3,10 €/kg.    A Ussel, les limousins U de 350 à 400 kg se négocient à 2,90 €/kg de moyenne. A Mauriac, les bons croisés salers de 300 à 350 kg sont valorisés autour de 2,56 €/kg.   Sur les marchés de l'Ouest, l'activité est également favorisée par une meilleure demande. Les volumes restent conséquents sur le marché de Châteaubriant, avec 1.250 broutards et laitonnes. Les bons mâles charolais de 270 à 320 kg se négocient entre 780 et 880 €/tête. Les nombreux broutards de moyenne conformation profitent également de plus-values pour se négocier entre 650 et 750 €/tête.   L'activité des femelles ne décolle pas. Seules les très bonnes laitonnes lourdes ou indemnes d'IBR à garder tirent leur épingle du jeu. La commercialisation à destination du marché espagnol reste relativement calme avec des disponibilités suffisantes.  Lire

mercredi 21 janvier 2015 - 17h34

Activité régulière en mâles légers

Les broutards lourds affichent des tarifs stables ; les plus légers se placent nettement plus facilement.  L'offre progresse et couvre une demande plus régulière pour satisfaire les besoins des marchés à l'export. Les tarifs se stabilisent. Le commerce de mâles charolais de qualité pesant entre 300 et 400 kg reste soutenu. Les cours progressent sur les marchés de Moulins-Engilbert ou de Saint-Christophe-en-Brionnais. Ils sont reconduits à Châteaumeillant, à Sancoins et à Bourg-en-Bresse. La demande italienne reste mesurée, et les prix mâles de plus de 450 kg stagnent.   A Moulins-Engilbert, les bons charolais de 350 à 400 kg se vendent entre 2,52 et 2,67 €/kg vif. Les plus légers, pesant entre 300 et 350 kg, se placent sans difficulté entre 2,74 et 2,82 €/kg. Les mâles de plus de 450 kg sont stables et affichent 2,44 €/kg à Châteaumeillant et à Bourg-en-Bresse. Sur le marché de Châteaubriant, les bons charolais de 250 à 300 kg s'échangent entre 760 et 830 €. Les tarifs des sujets moyens se maintiennent. L'offre de broutards atteint 1.250 têtes.   La demande de limousins reste suivie sur le cadran d'Ussel. Les cours des sujets de 400 à 450 kg se tiennent entre 2,65 et 2,70 €/kg vif.   Les besoins du Maghreb dopent les échanges de croisés salers ou aubracs. Au marché au cadran de Mauriac, les animaux de 300 à 350 kg trouvent preneur autour de 2,44 €/kg vif.   En femelles, le placement des bonnes laitonnes de 350 kg convenant au marché italien est facile. Celui des femelles légères ou de moyenne conformation est plus tendu, car les volumes s'étoffent. Les cours sont stables.  Lire

mercredi 14 janvier 2015 - 17h27

Le commerce reprend lentement

Les engraisseurs ont des besoins, mais ils restent prudents.  L'activité commerciale reprend lentement. L'offre est modérée après les fêtes. Les engraisseurs ont des besoins, mais ils restent prudents. Sur les marchés de l'Ouest, le commerce est lent et sélectif. A Châteaubriant, les bons charolais de 270 à 320 kg se vendent de 780 à 850 €. L'activité commerciale est calme dans les broutards de moyenne conformation qui demeurent en nombre sur le marché.   Sur les marchés du Centre, la commercialisation est assez régulière pour les bons mâles charolais ou limousins pesant de 250 à 400 kg, avec une reprise des exportations vers l'Italie, la Turquie, le Maghreb et l'ensemble des partenaires européens (Allemagne, Belgique, Espagne...). La demande cible des mâles et des femelles avec un bon potentiel de croissance. Les tarifs pratiqués sur les marchés à Moulins-Engilbert et à Saint-Christophe-en-Brionnais sont en légère progression pour les bons charolais pesant entre 350 et 450 kg, avec des tarifs situés entre 2,44 et 2,58 €/kg vif. Les mâles plus légers se vendent de 2,74 à 2,90 €/kg vif en fonction de la qualité.   Dans les femelles, le commerce reprend dans les bonnes laitonnes lourdes destinées au marché italien alors que les femelles de second choix restent valorisées à petit prix pour le marché espagnol.  Lire

mercredi 07 janvier 2015 - 16h51

Activité en repos

Le commerce ralentit en raison des fêtes de fin d'année.  Les échanges de broutards ralentissent pendant les fêtes de fin d'année.   Beaucoup d'exportateurs, de négociants, de coopératives et de groupements ont pris des congés. Les engraisseurs limitent l'entrée des lots.   Le commerce devrait redémarrer durant la deuxième semaine de janvier. Les regards se tournent donc vers 2015, dans l'attente de voir se renforcer les échanges avec les pays du Maghreb et la Turquie.  Lire

mercredi 24 décembre 2014 - 14h39

Derniers achats de l'année

Animaux légers et femelles peinent à se placer. C'est plus aisé pour les mâles de 300 à 400 kg.  L'activité des deux dernières semaines de l'année sera sans doute réduite pour les exportations et la repousse. Une grande partie des marchés français sera fermée. L'activité ne devrait redémarrer qu'en deuxième semaine de janvier. Les volumes couvrent les besoins des opérateurs. Ces derniers limitent les stocks. Ceux qui préparent les expéditions de janvier vers le Maghreb ont davantage de besoins.   Dans le centre, le commerce est régulier. Les prix des bons mâles charolais ou limousins de 300 à 400 kg se stabilisent. En Italie, la demande est modeste. Les sujets lourds de moins de 18 mois sont davantage recherchés pour l'Algérie. Sur les marchés de l'Ouest, l'offre reste importante. Les charolais de 250 à 300 kg bien conformés se commercialisent entre 750 et 830 €.   Les mâles ordinaires ou légers peinent à se placer, et leurs cours se replient. L'Espagne montre peu d'intérêt. Les besoins turcs ne devraient reprendre qu'en début d'année.   En femelles, le commerce des bonnes laitonnes charolaises de 300 à 350 kg convenant au marché italien est laborieux. Les tarifs des sujets ordinaires exportés vers l'Espagne sont discutés.  Lire

mercredi 17 décembre 2014 - 16h03

Peu de mouvement

La fin de l'année approche, avec des volumes qui restent à des niveaux très convenables.  La fin de l'année approche avec des volumes qui restent à des niveaux très convenables même s'ils se tassent légèrement. Les bateaux en partance pour la Turquie ou le Maghreb sont complets, ce qui ne renforce pas l'activité commerciale comme on avait pu le connaître l'an passé. Les tarifs des mâles légers convenables sont stables, mais le tri de la marchandise ordinaire est un peu plus marqué. Dans le domaine des bons broutards destinés à l'Italie ou à la repousse, les opérateurs ont une activité mesurée tout en essayant de compenser la rupture d'approvisionnement provoquée par la trêve de fin d'année. Les tarifs évoluent peu sur les marchés du centre de la France avec des broutards de 350 à 450 kg vendus de 2,36 et 2,44 €/kg. La commercialisation des croisés salers est assez régulière sur le cadran de Mauriac, alors que la vente a été très calme à Laissac avec des sorties accentuées par les chutes de neige sur les hauteurs. Sur les marchés de l'ouest, l'offre est très hétérogène avec peu de bonne marchandise. Vente normale et reconduction des tarifs des bons charolais de 270 à 330 kg convenant à la mise en place dans les ateliers régionaux. Les tarifs restent compris entre 750 et 840 € à Cholet et Châteaubriant. Dans le domaine des femelles, la commercialisation est assez régulière avec des prix stables pour les bonnes laitonnes charolaises de 300 à 350 kg. La vente est en revanche plus calme pour les légères ou les ordinaires à cause du recul de la demande espagnole.  Lire

mercredi 10 décembre 2014 - 17h11

Echanges moins toniques

Le commerce ralentit légèrement. Les cours sont stables à légèrement baissiers.  Le commerce ralentit légèrement. Les cours sont stables à légèrement baissiers, avec une affluence sur les marchés qui ne recule pas.   Sur les marchés, l'offre reste étoffée. Les tarifs des mâles légers se replient, mais ceux des animaux pesant de 300 à 350 kg et convenant à la repousse ou aux ateliers d'engraissement français se maintiennent.   Les besoins de la Turquie et du Maghreb dynamisent encore le commerce des mâles légers, mais les tarifs reculent légèrement. La demande italienne reste mesurée, entrainant une légère tension sur les marchés de Moulins-Engilbert et Saint-Christophe-en-Brionnais. Les sujets de 400 à 450 kg perdent quelques centimes au kg vif, avec une valorisation comprise entre 2,36 et 2,44 €/kg.   Sur les marchés de l'ouest, le commerce des animaux de 230 à 280 kg perd en tonus. Mais les bons charolais de 270 à 330 kg convenant à la mise en place dans les ateliers régionaux conservent leurs prix. Les charolais U se vendent entre 750 et 840 € sur les marchés de Cholet et de Châteaubriant.   Le placement des femelles reste régulier. Les bonnes laitonnes charolaises de 300 à 350 kg se commercialisent entre 2,44 et 2,52 €/kg vif. Les plus légères trouvent moins facilement preneur.  Lire

mercredi 03 décembre 2014 - 17h07

Dynamisme à l'exportation

Les volumes se réduisent mais restent conséquents. A Châteaubriant, plus de 1.500 broutards étaient présents.  Les volumes se réduisent mais restent conséquents. A Châteaubriant, plus de 1.500 broutards étaient présents.   Le commerce de mâles de moins de 300 kg est fluide car la demande se renforce sur le Maghreb. Des ateliers prennent de l'avance sur les droits nuls de janvier en Algérie. Un premier bateau se prépare pour la Turquie.   Sur les marchés, les engraisseurs français sont peu actifs. Le dynamisme commercial dépend davantage de la demande à l'export. Dans le Centre, les tarifs des charolais de plus de 350 kg sont stables. La demande est ciblée sur des animaux bien conformés. A Saint-Christophe-en-Brionnais, les tarifs des mâles U pesant entre 350 et 450 kg vont de 2,36 à 2,44 €/kg, tandis que les meilleurs de Moulins-Engilbert partent entre 2,52 et 2,67 €/kg. Les R partent entre 2,29 et 3,36 €/kg.   Les broutards légers de qualité sont privilégiés par les acheteurs. Sur le marché de Châteaubriant ou celui de Bourg-en-Bresse, les sujets U de 250 à 300 kg se vendent entre 2,60 et 2,80 €/kg. Les échanges d'animaux de moyenne conformation sont calmes, avec des tarifs compris entre 2,40 et 2,50 €/kg.   Le commerce de femelles est atone. L'offre couvre la demande, que ce soit en charolaises lourdes destinées au marché italien ou en femelles légères exportées vers l'Espagne.  Lire

mercredi 26 novembre 2014 - 17h13

Grosse affluence

Les apports sont très importants sur les marchés, avec même un record à Châteaubriant.  Le marché s'engorge. A cause du report des volumes de la semaine dernière perturbée par le 11 novembre d'une part, et de la rentrée en stabulation des animaux d'autre part. Les apports sont très importants sur les marchés, avec même un record sur le foirail de Châteaubriant où plus de 1.700 broutards ont été échangés. Les opérateurs constatent également une forte baisse de la qualité des lots qui ne seront pas hivernés.L'activité commerciale se tend au fil de la semaine car les besoins sont rapidement couverts. Les tarifs des bons mâles charolais ont été reconduits à Bourg-en-Bresse, Laissac et Moulins-Engilbert mais la tendance est baissière sur Sancoins et Saint-Christophe-en-Brionnais, avec une proportion plus importante de sujets ordinaires. Les broutards charolais U de 350/450 kg se sont vendus entre 2,36 et 2,44 €/kg vif alors que les R fléchissent entre 2,29 et 2,36 €/kg vif. Les vendeurs doivent également faire quelques concessions tarifaires sur le cadran. Les bons mâles limousins de 350-400 kg se sont négociés autour de 2,74 €/kg vif dans les U et de 2,44 €/kg vif pour les R. Sur l'ensemble de ces marchés, la seule gamme de marchandise recherchée concerne les mâles de 250 à 300 kg de bonne conformation car ils conviennent à de nombreux débouchés : repousse, engraissement ou export vers les pays de Maghreb. Ces animaux se négocient sur les marchés entre 2,70 et 2,80 €/kg vif. Sur les marchés du grand Ouest, l'afflux de marchandise déséquilibre un marché qui tendait à se stabiliser. Sur le marché de Châteaubriant, les écarts de prix sont importants entre le début et la fin du marché. Des invendus ont même été enregistrés.  Lire

mercredi 19 novembre 2014 - 17h29

Activité régulière

Les tarifs se maintiennent voire progressent sur la plupart des marchés.  L'activité commerciale demeure régulière grâce à une demande pour l'export, notamment vers l'Italie et le Maghreb. Les tarifs se maintiennent sur la plupart des marchés. Sur certains, comme celui de Moulin-Engilbert, des disponibilités légèrement inférieures à la demande engendrent une légère hausse des tarifs.   Les broutards U de 350 à 450 kg sont valorisés entre 2,37 et 2,44 €/kg vif à Châteaumeillant et entre 2,44 et 2,52 €/kg vif à Moulins-Engilbert. Les tarifs des races plus rustiques de même poids sont stables entre 2,29 et 2,36 €/kg vif sur le marché de Laissac.   Les tarifs des mâles charolais de 270 à 350 kg se maintiennent entre 750 et 820 €/tête sur le marché de Cholet. Le commerce de la moyenne marchandise reste stable. Les cours oscillent entre 600 et 700 €/tête.  Lire

mercredi 12 novembre 2014 - 17h46

Commerce plus fluide

La stabilisation des prix constatée depuis plusieurs semaines se confirme.  Les sorties sont régulières. La tendance à la stabilisation des prix constatée depuis plusieurs semaines se confirme. Le commerce est plus fluide, même si les prix n'évoluent pas. Aux exportations vers l'Italie ou l'Espagne s'ajoutent celles vers le Maghreb. Les broutards U de plus de 350-400 kg se sont vendus entre 2,44 et 2,52 €/kg vif sur le cadran de Moulins-Engilbert et de 2,37 à 2,44 €/kg vif sur les marchés de Bourg-en-Bresse et Châteaumeillant. Les animaux issus de races plus rustiques se vendent de 2,29 à 2,36 €/kg vif sur le marché de Laissac. La demande est plus régulière dans les animaux plus légers destinée à la repousse.Dans l'ouest du pays, la tendance est à la stabilisation des prix, aussi bien à Cholet qu'à Châteaubriant. Les tarifs des bons mâles charolais de 250-300 kg sont compris entre 730 et 780 €/tête, avec une moyenne proche des 760 €/tête. Le commerce reste calme dans la marchandise moyenne, mais les cours tendent également à se stabiliser entre 600 et 700 €/tête.  Lire

mercredi 05 novembre 2014 - 17h27



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

SONDAGE

Fin des quotas laitiers : le marché à terme est-il une alternative intéressante ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK