Rechercher

 

accueil  Accueil
Elevage
Tendances bovins maigres

Les dernières tendances sont réservées aux abonnés

Pour y accéder, identifiez-vous dans le bloc "services experts" situé en haut à droite du site, et rendez-vous dans les cours et marchés
Si vous avez des problèmes de connexion, consultez l'aide.
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez consulter nos offres.

La demande reste soutenue

La demande nationale et à l'exportation entraîne une vente assez tonique sur l'ensemble des foirails.  La demande sur le marché français, pour l'engraissement ou la repousse, et à l'exportation entraîne une vente assez tonique sur l'ensemble des foirails.   Le décalage entre les disponibilités et la demande, qui reste soutenue, tant pour le marché français que pour exporter, entraîne une vente assez tonique sur l'ensemble des foirails. Le commerce des bons mâles charolais demeure fluide. Les tarifs pratiqués progressent dans l'ensemble des catégories. Sur les marchés du Centre, les charolais U pesant 250 à 350 kg sont valorisés entre 2,97 €/kg pour les plus lourds à 3,20 €/kg pour les légers. Le marché italien est également plus demandeur, mais il cible ses achats sur la marchandise bien conformée. Les cours des charolais et des limousins de qualité pesant 350 à 400 kg sont stables. Les charolais se négocient de 2,74 à 2,82 €/kg vif. Les limousins se sont vendus 3,05 €/kg à Ussel.   Dans les régions Ouest et Sud-Ouest, la demande à l'export est suivie et permet une très bonne tenue des cours des mâles blonds d'Aquitaine. Les sujets jeunes et bien conformés sont recherchés pour la production de jeunes bovins de moins d'un an. Sur le marché de Rabastens-de-Bigorre, les mâles pesants de 250 à 300 kg se vendent autour de 3,60 €/kg vif. Les sujets de 225 kg sont cotés 3,77 €/kg à Agen. A Cholet, les mâles plus lourds, ceux de 375 kg, sont valorisés à 1.155 € la pièce.   En femelles, les charolaises lourdes convenant au marché italien restent recherchées. Les prix affichent une tendance à la stabilisation. Les bonnes laitonnes indemnes d'IBR restent recherchées pour le marché intérieur. La vente des femelles ordinaires destinées à l'exportation vers l'Espagne est fluide, avec des tarifs fermes.  Lire

mercredi 19 mars 2014 - 16h59

Commerce fluide pour les mâles légers

L'activité commerciale est assez soutenue en ce qui concerne les charolais et les limousins de qualité pesant de 250 à 400 kg.  L'activité commerciale est assez soutenue en ce qui concerne les charolais et les limousins de qualité pesant de 250 à 400 kg. Cette gamme de marchandise est très recherchée pour la repousse d'automne, mais également pour exporter vers l'Espagne ou les pays du Maghreb. Sur les cadrans de Moulins-Engilbert, de Châteaumeillant ou de Sancoins, les bons mâles charolais U de 250 à 300 kg se sont négociés autour de 3,10 €/kg vif. Et ceux de 300 à 350 kg à 2,90 €/kg. Dans l'Ouest, les sorties sont mesurées, même si les premiers broutards d'automne font leur apparition. Sur les marchés de Cholet ou de Châteaubriant, la vente est fluide et les charolais convenables de 270 à 320 kg se négocient autour de 850 €. Les meilleurs se vendent 920 €. Si le climat commercial reste pesant avec l'Italie, qui reste marquée par les difficultés d'écoulement des jeunes bovins, la modestie saisonnière de l'offre permet une certaine stabilité des prix des broutards de plus de 450 kg.  En femelles, la demande est suivie de la part des acheteurs régionaux pour les bonnes laitonnes lourdes et indemnes d'IBR gardées pour la mise à l'herbe. La demande italienne assure la reconduction des prix. Les charolaises U de 300 à 350 kg se sont vendues autour de 2,56 €/kg au cadran de Châteaumeillant. La demande reste soutenue pour les laitonnes ordinaires destinées au marché espagnol.  Lire

mercredi 12 mars 2014 - 16h42

Marché moins actif

La dynamique de ces dernières semaines retombe.  La dynamique de ces dernières semaines retombe. Sur les marchés au cadran, les transactions sont moins rapides et plus sélectives. Les prix se maintiennent malgré tout pour les très bons lots de mâles charolais de 250 à 350 kg. Les échanges sont plus calmes pour les bons mâles charolais de 250-300 kg et les prix baissent légèrement. Ils s'affichent entre 2,90 à 3,00 €/kg vif à Moulins-Engilbert. Même constat à Saint-Christophe-en-Brionnais. Dans la gamme de poids intermédiaire 300-350 kg, les tarifs fléchissent légèrement. Ils varient de 2,75 à 3,00 par kg vif, avec une moyenne de 2,86 €/kg vif à Moulins-Engilbert. A Châteaumeillant, les prix s'échelonnent de 2,88 à 3,18 €/kg vif. Les tarifs baissent surtout dans les broutards lourds de plus 400 kg.Sur les marchés de l'Ouest, les apports sont encore peu abondants. Les sujets de 300 kg se vendent autour de 900 €/tête sur les marchés de Châteaubriant ou de Cholet.En femelles, la demande italienne est plus calme dans les femelles lourdes de plus 350 kg. Leurs prix s'effritent. Les plus légères convenant au marché espagnol s'écoulent normalement à des prix stables.  Lire

mercredi 05 mars 2014 - 18h14

La tendance reste positive

Le commerce reste actif, faute de disponibilités suffisantes pour le marché.  Le commerce reste actif, faute de disponibilités suffisantes pour le marché. Les besoins à l'export et la demande pour la repousse continuent de doper les ventes.   Dans le Centre, les cours des mâles charolais de 250 à 350 kg progressent encore. Sur les cadrans de Moulins-Engilbert et de Châteaumeillant, ils affichent entre 3,00 et 3,20 €/kg vif. Les poids intermédiaire de 300 à 350 kg trouvent preneur autour de 2,97 €/kg vif.   Les Italiens ciblent des broutards de 350 à 400 kg pour limiter les mises en place correspondant aux sorties d'été. Cette gamme est également recherchée pour la Tunisie.   Sur les marchés de l'Ouest, l'offre ne couvre pas les besoins. Les mâles charolais ou limousins de conformation U sont recherchés. Les sujets de 300 kg se vendent autour de 900 € sur les marchés de Châteaubriant ou de Cholet. La demande est aussi soutenue dans la moyenne marchandise, avec des tarifs qui suivent le tempo. Dans le sud du pays, le commerce de blonds d'Aquitaine est dynamique.   Les femelles s'écoulent régulièrement. Les tarifs des plus légères convenant au marché espagnol se stabilisent.  Lire

mercredi 26 février 2014 - 17h22

Commerce actif

La tendance est positive sur l'ensemble des marchés.  Le climat commercial est assez actif depuis quelques semaines avec des tarifs soutenus. La tendance est positive sur l'ensemble des marchés. La demande cible des broutards plus « légers », de 250 à 380 kg, mais les mâles de plus de 400/450 kg sont également mieux valorisés dans le Centre. Les charolais de repousse (250 à 300 kg) se valorisent entre 2,97 et 3,10 €/kg vif sur les cadrans de Châteaumeillant, Sancoins ou le marché de Bourg-en-Bresse. Les sujets de plus de 400 à 450 kg se vendent entre 2,44 et 2,52 €/kg en fonction de la qualité. Dans la gamme de 350 à 400 kg, les acheteurs sont également intéressés pour la repousse. Les tarifs pratiqués à Moulins-Engilbert ou Saint-Christophe-en-Brionnais se situent entre 2,74 et 2,82 €/kg vif. Peu de demande pour les sujets de plus de 450 kg ou les taurillons, avec des tarifs qui peinent à se maintenir notamment sur les marchés de Sancoins ou de Saint-Christophe. Cette gamme de marchandise se négocie entre 2,36 et 2,52 €/kg. Sur les marchés de l'Ouest, la tendance est aussi à la fermeté, avec des sorties d'automne qui tardent à venir. Les bons mâles charolais, limousins (U) sont recherchés et mieux valorisés. Les charolais U de 280/330 kg se vendent entre 850 et 910 € sur les marchés de Châteaubriant ou de Cholet. La marchandise de moyenne conformation bénéficie également de cette demande plus soutenue avec des tarifs qui progressent de 15 € par animal à Châteaubriant. Dans le sud du pays, le commerce des blonds d'Aquitaine est fluide, avec une préférence pour ceux de qualité, recherchés pour la production de jeunes bovins rajeunis. Les cours des mâles de 250/300 kg ont progressé de 0,10 €/kg vif à Rabastens-de-Bigorre et atteignent 3,60 €/kg pour les U. Le marché espagnol reste demandeur en femelles ordinaires avec des tarifs qui restent fermes, faute de disponibilités. La tendance est à la stabilisation des prix pour les bonnes laitonnes lourdes convenant au marché italien. Les animaux de qualité et indemnes d'IBR sont mieux valorisés pour rester dans les élevages français.  Lire

mercredi 19 février 2014 - 16h12

Commerce régulier pour les plus légers

La demande italienne est classique en mâles de plus de 450 kg. Les tarifs pratiqués dans le Centre se stabilisent avec des sorties limitées à cette saison de l'année.  La demande italienne est classique en mâles de plus de 450 kg. Les tarifs pratiqués dans le Centre se stabilisent avec des sorties limitées à cette saison de l'année.   A Moulins-Engilbert, les broutards charolais U de plus de 450 kg se négocient sur les mêmes bases que celles de l'an passé, soit entre 2,44 et 2,52 €/kg vif. L'activité commerciale reste en revanche assez régulière dans les plus légers. Ils sont recherchés pour la repousse ou l'export.   Les tarifs à Moulins-Engilbert, Châteaumeillant ou Saint-Christophe-en-Brionnais, Bourg-en-Bresse, Cholet ou Châteaubriant sont stables, voire légèrement haussiers pour les bons mâles charolais ou limousins. Les charolais U de 350/400 kg demeurent valorisés de 2,74 à 2,80 €/kg vif. Les 300/350kg oscillent de 2,82 à 2,90 €/kg vif, soit de 850 à 950 € à la pièce. A Ussel, les limousins de 350/400kg se vendent de 2,76 à 3,15 €/kg vif.   En femelles, le placement est normal pour les laitonnes indemnes d'IBR recherchées pour rester sur la France. Les femelles charolaises de 250 kg à 300 kg se négocient autour de 2,60 €/kg. Les limousines de 300 à 350 kg se vendent 2,74 €/kg vif à Ussel.    Lire

mercredi 12 février 2014 - 18h08

Peu de changement

Les besoins sont ciblés sur les animaux convenant aux marchés exports ou à la repousse d'automne.  Sur l'ensemble des marchés en vif ou au cadran, l'offre est mesurée. Les besoins sont ciblés sur les animaux convenant aux marchés exports ou à la repousse d'automne.   La demande reste orientée sur des sujets de 250 à 380 kg. Les tarifs sont sensiblement les mêmes que la semaine passée. Les charolais U de 300 à 350 kg s'échangent de 2,74 à 2,82 €/kg. Ceux de 350 à 400 kg se placent entre 2,52 et 2,67 €/kg sur les cadrans de Moulins-Engilbert ou de Saint-Christophe-en-Brionnais.   Le commerce des mâles de plus de 450 kg est plus calme, mais les tarifs se stabilisent entre 2,36 et 2,44 €/kg. Sur l'Ouest, les échanges sont dynamisés par des marchés moins chargés. Dans l'ensemble des catégories, les tarifs progressent de 10 € à Cholet et de 15 € à Châteaubriant.   En femelles, les tarifs des bonnes laitonnes charolaises ou limousines destinées au marché italien se maintiennent. La modestie de l'offre favorise les échanges des plus légères, destinées à l'Espagne.  Lire

mercredi 05 février 2014 - 17h58

Fermeté dans les bons mâles légers

La tendance est assez ferme pour les charolais de 300/350 kg.  Les sorties saisonnières sont modestes, mais elles correspondent sensiblement aux besoins du marché italien dans les broutards charolais ou limousins « U » de 350/400 kg. Les tarifs se situent autour de 2,74 €/kg vif. La demande est en revanche plus réservée pour des sorties d'été dans les gros broutards de plus de 450 kg, dont la valorisation n'excède pas 2,44 €/kg vif.   En revanche, la tendance est assez ferme pour les charolais de 300-350 kg, dont les tarifs vont de 2,82 à 3,00 €/kg sur les cadrans du Centre. La demande est plus soutenue du côté de la repousse, mais également des exportateurs travaillant sur l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou le Maghreb. Cette tendance à la fermeté est également observée sur les marchés de l'Ouest, avec une demande ciblée sur les bons mâles charolais de 250-300 kg. Ces derniers sont cotés entre 800 et 870 €. Les sujets de 300-350 kg vont de 870 à 920 €.   Dans les blonds d'Aquitaine du Sud-Ouest, la demande reste ciblée sur la qualité. Les tarifs des mâles U de 200-250 kg s'établissent entre 3,50 et 3,80 €/kg vif sur les marchés d'Agen et de Rabastens-de-Bigorre. Dans l'Ouest, la demande en sujets lourds (350 kg) à destination des Pays-Bas reste régulière.    Lire

mercredi 29 janvier 2014 - 18h00

Offre plus limitée

Les sorties sont un peu moins importantes, le commerce plus fluide.  Les sorties sont un peu moins importantes que la semaine dernière. Du coup le commerce est plus fluide. Dans la gamme des 350 à 450 kg, le marché semble trouver un certain équilibre. Les sorties correspondent globalement à la demande. La majorité des charolais U de 350/400 kg sont valorisés de 2,67 à 2,74 €/kg vif. La demande reste soutenue dans la marchandise plus légère, recherchée pour la repousse. Les prix dans les bons sujets U pesant de 300 à 350 kg sont également compris entre 2,67 et 2,74 €/kg, alors que les tarifs des plus légers oscillent entre 2,90 et 3,05 €/kg vif. A Ussel, la tendance est moins bien orientée en limousins, tout comme à Mauriac pour les croisés salers. Les tarifs pratiqués dans ces races s'écartent très peu de ceux des charolais lourds. Sur les marchés de l'Ouest, l'activité est favorisée par la réduction des sorties. A Cholet ou Châteaubriant, les bons mâles charolais de 270/320 kg se sont négociés entre 780 et 880 €/tête, alors que de nombreux broutards de moyenne conformation se négocient entre 650 et 750 €/tête.  En femelles, l'activité est un peu plus ferme pour les légères destinées au marché espagnol, avec des tarifs facilement maintenus, alors que la tendance est au plafonnement dans les lourdes plus adaptées au marché italien.  Lire

mercredi 22 janvier 2014 - 17h38

Les tarifs se stabilisent

L'offre, en progrès, permet une meilleure couverture de la demande et entraîne la stabilisation des prix.  L'offre, en progrès, permet une meilleure couverture de la demande et entraîne la stabilisation des prix. Les évolutions divergent d'un marché à l'autre.   Le commerce des mâles charolais de qualité pesant entre 350 et 400 kg reste soutenu. Les cours affichent entre 2,67 et 2,74 €/kg vif. Les charolais de 250 à 300 kg se vendent sans difficulté entre 2,82 et 3,00 €/kg. Les tarifs se maintiennent facilement sur les marchés de Moulins-Engilbert, de Sancoins et de Saint-Christophe-en-Brionnais. Ils sont en revanche plus discutés à Châteaumeillant et à Bourg-en-Bresse.   Sur le cadran d'Ussel, la tendance est plus calme dans les limousins, avec une présentation record pour ce début d'année. Les sujets de 350 à 400 kg se placent de 2,67 à 2,74 €/kg.   Sur le nouveau marché au cadran de Mauriac, les échanges de croisés salers ou aubracs sont réguliers. Les prix approchent ceux des charolais.   Les mâles de 250 à 350 kg destinée à la repousse ou aux ateliers français sont recherchés. Les tarifs se maintiennent sans difficulté. Sur les marchés de Cholet et de Châteaubriant, les bons charolais s'échangent entre 780 et 880 €.   Les échanges de femelles sont dynamiques, notamment pour les bonnes laitonnes convenant au marché italien ou indemnes d'IBR pour la France. Les cours sont stables pour celles plus légères ou de moyenne conformation exportées vers l'Espagne.  Lire

mercredi 15 janvier 2014 - 17h03

Tarifs en hausse

L'activité redémarre lentement. Les volumes sont modérés.  L'activité redémarre lentement. Les volumes sont modérés. La commercialisation est assez régulière pour les bons mâles charolais ou limousins pesant de 250 à 400 kg. Les exportations vers l'Italie, l'Algérie (avec taxes), le Maghreb et l'ensemble des partenaires européens (Allemagne, Belgique, Espagne...) reprennent. La demande est orientée vers des mâles et des femelles avec du potentiel de croissance. Les tarifs pratiqués sur les marchés du Centre progressent légèrement pour les bons charolais pesant entre 350 et 400 kg. Ils s'établissent entre 2,67 et 2,82 €/kg vif. Les prix des plus de 500 kg sont stables à 2,44 €/kg vif en moyenne. La demande est peu active pour cette catégorie d'animaux dont les sorties sont prévues pendant l'été.   La tendance est un peu plus ferme sur les marchés de l'Ouest, avec une progression des prix à Cholet ou Châteaubriant. Les bons charolais de 270-320 kg se vendent de 760 à 850 € par tête. L'activité commerciale reste calme dans les broutards de moyenne conformation. En femelles, le commerce reprend dans les bonnes laitonnes lourdes destinée au marché italien alors que les femelles de second choix restent valorisées à des prix plus faibles pour le marché espagnol.  Lire

mercredi 08 janvier 2014 - 16h46

Ecoulement régulier

Dans le centre du pays, le commerce est régulier. Les prix se stabilisent.  Dans le centre du pays, le commerce est régulier. Les prix se stabilisent. La demande reste suivie pour la repousse dans les charolais ou limousins bien conformés et pesant de 250 à 350 kg. La tendance est mieux orientée sur les marchés de l'Ouest. Les broutards charolais de 250/300 kg se commercialisent entre 700 et 800 €/tête. Les tarifs sont stables dans les ordinaires.  Dans les femelles, le placement est régulier pour les bonnes laitonnes convenant au marché italien. La demande est suivie dans les bonnes femelles indemnes d'IBR à garder sur la France. Les tarifs sont stables dans les ordinaires exportées vers l'Espagne. La semaine prochaine, beaucoup de marchés seront fermés. Il y aura peu de négoce. Le redémarrage de l'activité aura lieu lors de la deuxième semaine de janvier.  Lire

mercredi 18 décembre 2013 - 17h47



SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

TerreNet Occasions - Site occasions agricole
SONDAGE

Grandes cultures : le temps sec risque-t-il d'impacter vos rendements ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole