«Une guerre des prix est faite pour tuer un concurrent. Et dans ce cadre, il y a toujours des dégâts collatéraux. On dit que la course aux prix existe dans l’intérêt du consommateur. C’est un leurre : la dépense alimentaire n’est pas la plus coûteuse, par rapport à la téléphonie par exemple.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
43%

Vous avez parcouru 43% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !