«Un joli veau bien rond, de couleur unie, pas trop gros pour assurer un vêlage sans encombres tonique, qui boit bien, et avec un bon potentiel de croissance. » Tel est le portrait-robot que dresse Béatrice Gérin, installée à Aveizieux avec son mari, Hervé, de ses petits montbéliards croisés charolais. Ce montage génétique, appelé « croisement industriel », représente la majorité...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Offre suffisante en réformes laitières