À1 200 mètres d’altitude, avec un système fourrager basé sur l’herbe, les deux associés du Gaec de Chantegrenouille à Saint-Laurent-de-Muret, en Lozère, restent avant tout des naisseurs. Mais ils n’hésitent pas à acheter de l’aliment complet pour engraisser une partie de leurs femelles, afin de mieux les valoriser. « Nous accouplons les deux tiers de nos aubracs avec des taureaux charolais. Nous...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Commerce calme en allaitantes

Les tensions persistent dans le commerce des bovins de races à viande. Les abatteurs expriment peu de besoins face à une consommation atone dans la viande rouge pendant les sports d’hiver. Une partie des pièces nobles est mise en congélation pour l’été prochain tandis que d’autres prennent la direction du hachoir pour une valorisation nettement inférieure.