La présidence autrichienne de l’UE avait de grandes ambitions pour la réforme de la Pac : parvenir à un compromis entre les ministres européens de l’Agriculture et être en mesure d’entamer des négociations avec le Parlement début 2019. La ministre autrichienne de l’Agriculture, Elisabeth Köstinger, a dû renoncer et reconnaître lors du dernier Conseil agricole qu’elle s’en tiendrait à un...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !