Elle s’est souvent fait rappeler à l’ordre. C’est pourtant avec plus de deux ans de retard que la Commission européenne a dévoilé, le 15 juin, les critères scientifiques pour la classification des perturbateurs endocriniens (PE). Un classement indispensable pour encadrer ces molécules dans les spécialités phytosanitaires et les biocides (insecticides de stockage, antimousses, raticides...) Et qui pourrait aboutir à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !