Suite à une importante campagne sur les réseaux sociaux, le président brésilien par intérim, Michel Temer, a autorisé la semaine dernière la libération des importations de haricots. Aliments de base des brésiliens, certaines variétés ont vu leur prix exploser en raison d’importantes gelées dans la principale région de production. Sur le réseau social Twitter, on a pu lire « Je suis riche&thinsp...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !