L'article L. 411-1 du code rural précise que le statut du fermage est applicable à « toute mise à disposition à titre onéreux d'un immeuble à usage agricole en vue de l'exploiter pour y exercer une activité agricole ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
52%

Vous avez parcouru 52% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

L'article L. 411-1 du code rural précise que le statut du fermage est applicable à « toute mise à disposition à titre onéreux d'un immeuble à usage agricole en vue de l'exploiter pour y exercer une activité agricole ».

Le prix est un élément nécessaire pour caractériser le bail. La mise à disposition à titre gratuit est constitutive d'un prêt à usage. Cependant, l'appréciation du caractère gratuit de la convention peut poser un problème. Ce caractère disparaît dès que des services ou des prestations en nature sont fournis.

D'après la jurisprudence, la convention peut être analysée comme un bail rural lorsque les obligations qui incombent normalement au propriétaire des terres sont mises à la charge de l'occupant (taille des haies, maintien en état des clôtures et des accès, arrachage des chardons, fumure...).

En cas de litige, c'est au tribunal de trancher au vu des éléments en présence. C'est à l'occupant de rapporter la preuve de ce caractère onéreux.