Comme tout locataire, le fermier est tenu d'entretenir le fonds loué. Mais le statut du fermage limite l'obligation du preneur aux seules réparations locatives ou de menu entretien, qui ne sont pas dues à la vétusté, à la force majeure ou au vice de construction.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
47%

Vous avez parcouru 47% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !