Lorsque la Safer rétrocède un bien en vue d’un agrandissement pour conforter une installation, le bénéficiaire doit être un exploitant agricole en activité. En l’espèce, ce dernier n’était que conjoint collaborateur d’exploitation. Le fait de devenir associé postérieurement à la rétrocession n’est pas valable.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !