Le preneur n’est pas tenu de préempter l’ensemble d’un bien en vente lorsqu’il est seulement locataire d’une partie. Il appartient au juge d’apprécier le caractère divisible ou indivisible d’une propriété. En l’espèce, une propriété rurale comprenant château, parc et terres données à bail à un agriculteur est mise en vente. Le preneur souhaite préempter uniquement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
89%

Vous avez parcouru 89% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !