La reprise par le propriétaire de ses terres, de même que la location de terres dans le cadre d’un bail rural, ne sont pas soumises au droit de préemption de la Safer. En revanche, le caractère onéreux de l’aliénation, autrement dit de la vente, autorise la Safer à préempter. Les apports en société, à quelques exclusions près, et la cession de la totalité des parts sociales sont également...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
69%

Vous avez parcouru 69% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !