Bouleverser l’espace vital des limaces par un travail du sol en profondeur

Le travail profond va réduire les populations de limaces par destruction ou par enfouissement, notamment parce qu’il va faire disparaître les sources d’alimentation des ravageurs grâce au labour. Les conditions d’exécution sont déterminantes quant à leur efficacité : la nature du travail profond, les outils mis en oeuvre ainsi que l’éventuel retournement ou émiettement du sol conduisent à des efficacités plus ou moins satisfaisantes.

Pertuber le terrain de prédilection des limaces avec le travail superficiel du sol

Avec un travail superficiel, on s’attaque à la couche d’environ 10 centimètres où se trouve la majorité des limaces. Les déchaumeurs, en émiettant le sol, font disparaitre toute végétation en surface et modifient la structure superficielle du sol. Les oeufs et les petites limaces qui pourraient échapper à l’action directe des chocs se retrouvent exposés à l’action du soleil et des prédateurs. Le déchaumage est donc un levier important pour détruire les limaces et les oeufs.

Quand travailler le sol pour diminuer la pression limaces ?

La période la plus adaptée reste les jours qui suivent la récolte. Au moment des récoltes, les limaces vivent à proximité de la surface du sol. Avec la disparition de la végétation elles cherchent à se mettre à l’abri en s’enfonçant dans le sol. C’est pour cette raison que le délai entre la récolte et le travail du sol doit être le plus court possible.

Pour mesurer l’effet des pratiques culturales, DE SANGOSSE, avec l’ACTA, a mis en place un outil d’aide à la décision interactif permettant de déterminer en quelques clics le niveau de risque limaces dans les parcelles.

De Sangosse