Mise en route de la bergerie du futur
/
  • Le tracteur ne rentrera pas dans la bergerie. L’espace couvert sert avant tout à loger les animaux. Le tracteur circulera autour du bâtiment pour apporter les fourrages lorsque les bâches latérales seront enroulées.

  • Le pan de la bergerie exposé au sud comprend 350 m² de panneaux photovoltaïques. La charpente, en « contrecollé » d’une portée de 16 m, supporte ces panneaux sans aucun poteau intermédiaire. Sous les panneaux, les tôles sont « anticondensation ».

  • « Le couloir central mesure 2 m de largeur pour circuler facilement et éventuellement passer avec un quad », indique Michel Pierrefixe, du Ciirpo. Les « barrières » pour accéder aux aires paillées mesurent aussi 2 m de largeur pour canaliser facilement le passage des animaux. Ces portes en bois sont montées sur une « ossature » métallique solide pour supporter le passage du chariot. Celui-ci servira surtout pendant les agnelages pour déplacer le matériel nécessaire aux mises bas. Il pourra être utilisé pour apporter du foin aux brebis dans les cas d’agnelage.

  • Les cases d’agnelages (avec des claies de 1,5 m de longueur et de 1 m de largeur) seront montées contre la paroi du couloir central. Les abreuvoirs sont montés tous les 2 m, de sorte que chacun d’eux sera commun à deux cases. Le nombre de points d’eau offrira de la souplesse pour réaliser des lots de tailles différentes.

  • Les auges sont placées sur les longs pans. Elles seront approvisionnées lorsque la bâche de 54 m sera remontée. Les fourrages et les concentrés seront donc distribués exclusivement par l’extérieur.

  • Les barres qui maintiennent la bâche tendue sont relevées lors de chaque affourragement. Un système permet de les remonter en même temps.

  • La bergerie est surmontée par un puits de lumière au faîtage. Surélevé de quelques centimètres par rapport aux pans du toit, il participe aussi à l’évacuation de l’air.

  • Un bureau est aménagé dans une travée centrale de la bergerie. Il est « alimenté » en eau chaude grâce au chauffe-eau. Il servira à ranger le matériel et tous les documents concernant le troupeau.

  • Tous les portails donnant accès aux aires paillées sont équipés de verrou à ressort.

  • Les aires paillées ne sont pas « collées » aux parois des pignons. Un couloir de 1 m de largeur facilite le passage des intervenants.

  • Les aires paillées seront curées par les pignons. Les poteaux, montés dans des gaines, et les bastaings seront aisément retirés.

  • La pose des cornadis a été minutieusement réfléchie pour perdre le moins de place possible. Chaque travée de 6 m compte 17 places. Les deux « panneaux » de cornadis sont solidement rivés l’un à l’autre et aux longrines préfabriquées du long pan.