La décision de geler la production de palmipèdes dans le Sud-Ouest pour cause d’influenza aviaire devrait faire reculer la consommation de maïs local de près de 150 000 tonnes. C’est l’un des nombreux dommages collatéraux de cette crise, et cela ne va pas aider la conjoncture déjà très compliquée en ce moment en maïs. La concurrence du blé en alimentation animale reste importante et plaide pour une baisse...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre