Tracteur, camion, porteur ? Le Syn Trac, fraîchement arrivé d’Autriche, a eu le mérite d’attirer la curiosité. Cette machine repose sur quatre roues égales, motrices et directrices, la cabine est en position centrale. Elle repose sur le moteur est la transmission. Ce dernier est un six-cylindres Caterpillar de 9,3 l développant 420 ch. Il est couplé à une transmission à variation continue. Le constructeur nous annonce une vitesse de 60, voire 80 km/h au maximum. Son empattement est de 3,3 m pour un poids de 10 300 kg. La prise de force est une 1 000 tr/min, et le circuit hydraulique est load-sensing. Il offre un débit de 180 l/min à 250 bars. En option, il peut atteindre 360 l/min. On compte six distributeurs éléctro-hydrauliques.

En cabine, l’habitacle se rapproche plus de celui d’un automoteur de récolte que de celui d’un tracteur. Les commandes sont en grande partie regroupées sur l’accoudoir. On retrouve un joystick et un écran en couleur.

© P. Peeters

Le concept de base de cette machine, c’est un maximum de polyvalence et de modularité tout en restant simple. Sur le principe du « plug and play », l’avant et l’arrière sont conçus avec la même interface. Le but est d’accoupler différents éléments sans descendre de la cabine. Ainsi, on peut coupler un relevage avant, ou encore un système avec une plaque pour accueillir une lame de déneigement par exemple, et en moins d’une minute. Il en va de même pour l’arrière. À la place du relevage, on peut atteler une remorque sur un col-de-cygne, et même ajouter un troisième essieu, directeur, bien sûr ! Le constructeur nous annonce également la possibilité de coupler un chargeur télescopique à l’avant ou un moteur supplémentaire à l’arrière.

© P. Peeters