La filiale française du suisse Andermatt, spécialiste des baculovirus, revendique 3,5 % de parts de marché du biocontrôle. « Notre objectif pour 2021 est d’atteindre 10 M€ de chiffre d’affaires », soit le triple du montant actuel, a annoncé, le 16 novembre dernier, le directeur général, Alain Querrioux.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
53%

Vous avez parcouru 53% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La filiale française du suisse Andermatt, spécialiste des baculovirus, revendique 3,5 % de parts de marché du biocontrôle. « Notre objectif pour 2021 est d’atteindre 10 M€ de chiffre d’affaires », soit le triple du montant actuel, a annoncé, le 16 novembre dernier, le directeur général, Alain Querrioux.

Si ses ventes de l’année sont dominées par l’arboriculture (90 %), les grandes cultures devraient prendre davantage de place pour atteindre un tiers d’ici à 2025. Dans le cadre de cette dynamique, l’insecticide biologique Helicovex - qui vise l’héliothis - a obtenu une extension d’utilisation pour plus de quarante usages en cultures légumières et maraîchères (y compris le pois chiche et le soja). « Dans une approche globale de lutte contre ce ravageur, Andermatt propose des pièges et des phéromones spécifiques. Ceux-ci autorisent le suivi des vols et le positionnement d’Helicovex au moment opportun », explique la firme.

www.andermatt.fr