Depuis 2016, au zoo de Pessac, les visiteurs entrent dans une immense volière. Au sein de cet espace, ils donnent à manger à plus de quatre-vingts loriquets à tête bleue. L’année suivante, le parc a introduit un couple de jaguars. Le public le découvre dans un bassin à vision subaquatique. Unique en Europe, cet enclos permet d’apprécier les capacités de nageur et de chasseur du plus grand prédateur d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
57%

Vous avez parcouru 57% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Depuis 2016, au zoo de Pessac, les visiteurs entrent dans une immense volière. Au sein de cet espace, ils donnent à manger à plus de quatre-vingts loriquets à tête bleue. L’année suivante, le parc a introduit un couple de jaguars. Le public le découvre dans un bassin à vision subaquatique. Unique en Europe, cet enclos permet d’apprécier les capacités de nageur et de chasseur du plus grand prédateur d’Amérique du Sud. Dernière nouveauté, le labyrinthe des lémuriens. Il invite à déambuler au milieu de sept makis cattas et de deux makis varis.

Les enfants ont, par ailleurs, la possibilité de devenir « soigneurs d’un jour ». Ils accompagnent les professionnels et se plongent dans leur quotidien en préparant les repas des animaux, distribuant les rations alimentaires, nettoyant les enclos, et en apprenant à observer. Claire Bouc

www.zoo-bordeaux-pessac.com