« Habituellement, les formes des pannes ne facilitent pas le nettoyage des bâtiments, explique Maxence Tournebize, de chez Matériel d’élevage forézien (MEF), qui a construit le bâtiment de Josiane et Stéphane Ermann. Des dépôts de pailles et autres salissures peuvent y subsister. Nous avons conçu un procédé différent par l’isolation des bâtiments d’élevage en surtoiture, avec...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
67%

Vous avez parcouru 67% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Habituellement, les formes des pannes ne facilitent pas le nettoyage des bâtiments, explique Maxence Tournebize, de chez Matériel d’élevage forézien (MEF), qui a construit le bâtiment de Josiane et Stéphane Ermann. Des dépôts de pailles et autres salissures peuvent y subsister. Nous avons conçu un procédé différent par l’isolation des bâtiments d’élevage en surtoiture, avec des panneaux sandwichs. Ceux-ci sont en double face tôles galvanisées laquées. Ils renferment une isolation polyuréthane de 40 à 100 mm. Concernant le bâtiment de Stéphane, la pente inversée a nécessité une isolation de la noue, à l’intersection des deux versants de toiture, en raison de son positionnement et de la condensation engendrée par l’activité d’élevage. »