« Je ferme la porte à clé maintenant. Cela fait presque trois ans qu’il est parti, mais j’ai toujours l’impression d’être observée. » Christel nous reçoit chez elle, à côté de la chèvrerie qu’elle a construite (1). Son sweat « Paysan et fier de l’être » et ses cheveux tirés en arrière laissent entrevoir sa détermination. Non issue du secteur...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !