Sur le causse, l’eau est un bien rare. « Toutes les maisons avaient des citernes, pour stocker l’eau de pluie recueillie sur les toits, et de grands bassins, les lavognes, pour faire boire les bêtes. L’eau potable au robinet n’est arrivée qu’en 1964, venue du mont Aigoual, grâce à 140 km de canalisations », raconte Hélène Pratlong, en faisant visiter la Ferme caussenarde d’autrefois. Situé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !