Sous la lumière tamisée, des rideaux de perles rouges s’écartent pour dévoiler une mâchoire du paléolithique et des variétés anciennes de blé. « Nous mangeons avec notre cerveau, avec la vision que nous avons de la nature », rappelle Marie Merlin, l’une des deux commissaires de l’exposition « Je mange donc je suis » au musée de l’Homme à Paris, en introduction...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !