La scène est aussi cocasse qu’exceptionnelle. Le 28 janvier dernier, les représentants de la FNSEA, de Jeunes agriculteurs, de la Confédération paysanne, de la Coordination rurale, des chambres d’agriculture, de la Coopération agricole et des instituts techniques (ACTA) ont claqué la porte du comité technique chargé d’orienter le programme national de développement agricole et rural. Une sortie de table qui a laissé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !