Lors des réflexions sur la modification de la gouvernance de l’interprofession semencière à partir de 2020, le Gnis (1) précise qu’un débat aura lieu cette année sur l’entrée de nouveaux acteurs. « Il faut faire en sorte que le Gnis soit aussi le lieu où tous les professionnels de la semence puissent se retrouver, car la semence aujourd’hui ce n’est pas uniquement la semence certifiée et il faut...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !