A vec beaucoup de petits grains, fusariés dans certaines régions, les inquiétudes sont nombreuses quant à l’utilisation de semences fermières issues de la récolte de céréales désastreuse. Coopératives et négoces estiment que l’état des grains va compromettre les qualités germinatives. Les distributeurs incitent donc les agriculteurs à utiliser des semences certifiées en proposant des...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

A vec beaucoup de petits grains, fusariés dans certaines régions, les inquiétudes sont nombreuses quant à l’utilisation de semences fermières issues de la récolte de céréales désastreuse. Coopératives et négoces estiment que l’état des grains va compromettre les qualités germinatives. Les distributeurs incitent donc les agriculteurs à utiliser des semences certifiées en proposant des reports de paiement. « Ce sera très compliqué de faire un tri correct à la ferme », juge un responsable de coop dans le Grand-Est. Le son de cloche est évidemment différent du côté du Staff (1). « Aucune raison scientifique et agronomique ne permet de justifier que les agriculteurs n’utilisent pas leur récolte 2016 pour préparer leurs semences, estime le syndicat. Le poids des grains ne détermine pas la qualité de la récolte suivante. »

Mais selon le Staff, « les agriculteurs doivent s’attendre à des chantiers plus longs, puisque pour obtenir la même quantité de semence, nous devons trier 25 à 30 % de grains de plus que pour une bonne année ». Le taux d’écart de triage sera plutôt proche de 20 % cette année, contre 10 % habituellement.

Vigilance

Arvalis explique que la fusariose peut être présente à l’intérieur du grain sans montrer de symptômes externes. « Seule une analyse en laboratoire permettra de connaître la fréquence des grains contaminés », insiste l’institut technique. Vu la forte pression de la maladie cette année, il conseille d’être vigilant sur le triage et le nettoyage des lots destinés à être semés, et sur le choix des traitements de semences, ou bien de s’orienter vers l’achat de semences certifiées. Connaître la faculté germinative des meilleurs lots sera aussi indispensable pour établir avec précision la densité de grains à semer au mètre carré.

Isabelle Escoffier

(1) Syndicat des trieurs à façon français.