Selon une étude du CNRS, publiée le 7 novembre dernier, huit molécules fongicides SDHI ((pour « inhibiteurs de la succinate déshydrogénase »), commercialisées dans l’Hexagone, ne se contenteraient « pas d’inhiber l’activité d’une enzyme clé de la chaîne respiratoire des champignons ». Elles seraient « aussi capables de bloquer celle du ver de terre, de...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !