L’association Générations futures, qui milite contre les pesticides de synthèse, a publié un nouveau document le 18 février. Elle s’est intéressée, cette fois, à la présence dans l’atmosphère de produits phytosanitaires cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR 1 et 2), ou suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE). Elle souligne notamment que 27,55 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
50%

Vous avez parcouru 50% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !