Il était attendu. Mi-janvier, la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec) plaidait pour que l’amont « intègre la hausse des coûts de production, consécutive aux dernières sécheresses, dans les négociations commerciales ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
46%

Vous avez parcouru 46% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !