Cet automne, le taux d’utilisation de semences certifiées de céréales baisse à nouveau : il atteindrait environ 46 %, en diminution de 2 % comparés au chiffre de 2015. Et c’est beaucoup moins qu’en 2014, avec 55 %. En cause, selon le Gnis (1) : la baisse du prix des céréales et une moisson 2016 difficile. « La campagne 2016-2017 s’annonce beaucoup plus difficile que la campagne passé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
50%

Vous avez parcouru 50% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Cet automne, le taux d’utilisation de semences certifiées de céréales baisse à nouveau : il atteindrait environ 46 %, en diminution de 2 % comparés au chiffre de 2015. Et c’est beaucoup moins qu’en 2014, avec 55 %. En cause, selon le Gnis (1) : la baisse du prix des céréales et une moisson 2016 difficile. « La campagne 2016-2017 s’annonce beaucoup plus difficile que la campagne passée », a annoncé Catherine Dagorn, directrice générale du Gnis, lors d’une conférence de presse le 8 décembre à Paris. Le chiffre d’affaires de la filière semences et plants devrait donc être en « baisse notable » par rapport aux 3,3 milliards d’euros de 2015-2016. Lors de la dernière campagne, l’excédent de la balance commerciale a atteint 904 millions d’euros. Un très bon résultat lié à la hausse des exportations et à la baisse des importations, après une année 2015 record. I. E.

(1) Groupement national interprofessionnel des semences et plants.