Le 11 juillet, le Comité national d’agriculture biologique décidera d’interdire ou non la production de fruits et légumes bio sous serres chauffées. Cette pratique, qui représentait 0,2 % des surfaces de légumes bio en 2017, déchire les acteurs de la filière : ceux qui mettent en avant les aspects économiques contre ceux qui défendent les valeurs environnementales. Tous, pourtant, affichent la mê...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !