«En blé tendre, le taux d’utilisation de semences fermières est passé de 54 % en 2016 à 60 % en 2017, après enquête auprès de trieurs à façon et d’agriculteurs, a annoncé Philippe Ribault, président de la CNDSF (1). La tendance haussière s’explique par un contexte économique des exploitations de plus en plus difficile, notamment en zone intermédiaire », a-t-il...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !