Ce devait être une « grand-messe » présidentielle : Emmanuel Macron avait annoncé qu’il ouvrirait lui-même les États généraux de l’alimentation, le 20 juillet 2017, concrétisant ainsi l’une de ses promesses de campagne les plus attendues. Mais non. C’est finalement au Premier ministre, Édouard Philippe, qu’est revenue la tâche de lancer les travaux, le président de la...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !