«Le point d’équilibre entre producteurs et acheteurs s’est déplacé au détriment des producteurs. Les entreprises de transformation se sont assuré un approvisionnement ajusté à leurs débouchés mais sans que le revenu des producteurs soit stabilisé », confirme François Champanet, du CGAAER(1). Il s’exprimait lors d’un colloque sur la libéralisation des marchés laitiers...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !