« Je ne peux donner suite favorable à votre demande. Ce refus étant lié à votre cotation Banque de France qui fait suite à la procédure de redressement judiciaire engagée. » Voilà une réponse sèche et sans appel d’un directeur de banque à un agriculteur de la Manche qui sollicitait un crédit relais de 18 000 € en remplacement de l’ATR (1) et dans l’attente du...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !