« Il faut faire attention à ne pas trop multiplier les initiatives, au risque de les rendre illisibles pour le consommateur. Il y a une vraie nécessité de se coordonner : cela pourrait prendre la forme d’un signe de qualité officiel ou d’un étiquetage généralisé, avec diverses classes de bien-être. La création du Centre national de référence sur le bien-être animal en 2017 va dans...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
67%

Vous avez parcouru 67% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !