«L’adhésion à une Cuma engendre des obligations. Si l’exploitant veut rester libre de ses décisions et ne pas intégrer un collectif, il recourt à l’ETA. Mais en y ayant recours, c’est toute une compétence qu’il délègue. La Cuma est aussi un lieu d’échange d’expériences et de soucis, un moyen de ne pas rester seul sur la ferme. Elle permet de rester maître de ses travaux ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
43%

Vous avez parcouru 43% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !