Syngenta reconduit cette année son Pacte Hyvido. « Cette offre permet de sécuriser la prise de risque sur nos orges fourragères hybrides », assure Olivier Borde, responsable développement et marketing. Son principe ? Un remboursement partiel de l’investissement dans les semences en cas de contre-performance de l’orge hybride par rapport à des lignées classiques. Syngenta garantit un gain de 5 q/ha. Si cet objectif...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Syngenta reconduit cette année son Pacte Hyvido. « Cette offre permet de sécuriser la prise de risque sur nos orges fourragères hybrides », assure Olivier Borde, responsable développement et marketing. Son principe ? Un remboursement partiel de l’investissement dans les semences en cas de contre-performance de l’orge hybride par rapport à des lignées classiques. Syngenta garantit un gain de 5 q/ha. Si cet objectif n’est pas atteint, la firme rembourse la différence, à hauteur de 15 € par quintal non réalisé. En 2017, un tiers des 3 500 agriculteurs qui avaient contracté le Pacte Hyvido ont bénéficié d’un remboursement. « Cette année, nous mettons en place différentes stratégies pour que les surfaces en orge ne s’effritent pas. Même avec l’arrêt du Gaucho, la culture d’orge hybride est rentable », assure Olivier Borde.

https://www.syngenta.fr/

Une nouvelle entreprise a vu le jour sur le marché des bio-intrants : la société Nile, dont l’ambition est d’aider les TPE, PME et les laboratoires de recherche à développer des projets scientifiques et des « solutions efficaces pour les agriculteurs ». Nile a été créée par ARD, une société de recherche et développement dans les domaines des biotechnologies industrielles, du fractionnement et de la chimie du végétal, dont la coopérative Vivescia est l’actionnaire majoritaire, et par Éléphant Vert, une société spécialisée dans le biocontrôle, qui développe une offre en Europe et en Afrique. Grâce à l’ensemble des compétences de ces deux actionnaires, Nile entend proposer « une offre inédite » sur le marché porteur des bio-intrants.

http://www.nile-innovation.com/

Le groupe coopératif consolide sa filière fruits et légumes sur l’arc méditerranéen avec la prise de participation totale de JMO Prim, située à Verquières (Bouches-du-Rhône). Ce rachat permet à Arterris de maîtriser la commercialisation de fruits et légumes d’été. « L’objectif est de proposer une offre marketée de qualité et de maîtriser la mise en marché de la production à la commercialisation des fruits et légumes du Sud, à l’instar d’autres filières du groupe, telle que la production animale. D’ici à trois ans, nous souhaitons atteindre 100 M€ de chiffre d’affaires », précise Jacques Logie, directeur général d’Arterris.

https://www.arterris.fr/

Le nouveau site de production de Sakata Vegetables Europe, qui produit et commercialise des semences potagères en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, devrait être opérationnel au second semestre 2018, aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire). Sakata s’implante sur l’ancien site industriel de Syngenta France SAS, qui s’étend sur 8,5 ha : 80 % sont des terres cultivables, le reste se répartit entre serres, plate-forme logistique et bureaux. Il va intégrer trois activités (production de semences, logistique et contrôle qualité). Si toutes les fonctions transversales restent à Uchaud (Gard), au siège de l’entreprise, le site des Ponts-de-Cé permettra la production d’une large variété de semences (betterave, oignon, choux, radis, épinard, poirée, melon, tomate, courgette…).

http://www.sakata-vegetables.eu/vegetables/fr/pages/sakata