«Les génisses sont souvent le parent pauvre de l’atelier lait », déplore Murielle Cantin, installée avec son époux Daniel à Pierrefontaine-les-Varans, dans le Doubs, en zone à comté. Tous deux accordent, à l’inverse, beaucoup d’importance à leurs veaux. Car « même si les bénéfices ne sont pas visibles rapidement, contrairement aux soins accordés aux laitiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Offre suffisante en réformes laitières

Votre analyse du marché - Veaux

Les prix se stabilisent

Si le nombre de vêlages reste suffisant pour les besoins exprimés, le déséquilibre entre l’offre et la demande est moins marqué que ces dernières semaines.