Plus d’un tiers des réformes issues du troupeau laitier sont abattues maigres, avec une note d’état d’engraissement de 1 ou 2. Parallèlement, l’offre française en vaches laitières finies ne couvre pas les besoins des opérateurs. Les importations en provenance d’Allemagne, des Pays-Bas et d’Irlande comblent le déficit. « 85 % des volumes de viande bovine importée concernent des réformes...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !