Ils dépassent 400 ch, sont à roues ou à chenilles et tractent des outils de très grande largeur. Ces monstres des champs sont les figures de proue des constructeurs de matériels agricoles dans les salons. Case IH Quadtrac, John Deere 9RX, Fendt 1000 et consorts alimentent les rêves des passionnés. L’intérêt pour ces tracteurs sur le marché français est-il réel ?
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Ils dépassent 400 ch, sont à roues ou à chenilles et tractent des outils de très grande largeur. Ces monstres des champs sont les figures de proue des constructeurs de matériels agricoles dans les salons. Case IH Quadtrac, John Deere 9RX, Fendt 1000 et consorts alimentent les rêves des passionnés. L’intérêt pour ces tracteurs sur le marché français est-il réel ?

Pas inaccessibles

En Amérique du Nord, ces machines représentent près d’un tracteur sur trois. Il est clair que l’Hexagone n’est pas le cœur de cible des constructeurs. Seulement une vingtaine d’engins de ce type sont immatriculés par an. Néanmoins, la taille des exploitations françaises, qui ne cesse d’augmenter, pousse une poignée d’agriculteurs à chercher des solutions pour booster les débits de chantier. Si la demande pour ce genre de machines reste faible, elle est bel et bien sérieuse, contraignant les constructeurs à homologuer ces produits aux normes françaises.

À l’heure où le contexte agricole est morose, les coûts de mécanisation sont surveillés de près par les exploitants agricoles. A priori, l’achat d’un tel matériel doit donc se justifier par un besoin réel. Qui sont les propriétaires de ces machines et surtout pourquoi ? Outre le sentiment d’être le roi de la plaine et des débits de chantiers, qu’est ce qui motive les acquéreurs ? Pour le découvrir, nous sommes allés à la rencontre de quatre agriculteurs possédant un ou plusieurs de ces engins. L’objectif de ce dossier est de comprendre le déclenchement d’une telle acquisition, le processus d’achat et la rentabilité d’un tel investissement, en mettant de côté l’habituel cliché du caprice d’un ego fortuné.