«La France est la championne du monde des charges de mécanisation et de main-d’œuvre ! » C’est devenu une rengaine, surtout dans les périodes difficiles. Un œil réprobateur se dirige alors vers l’agriculteur trop dépensier ou son marchand trop convaincant. Pourtant, une analyse fine des charges de l’exploitation montre que les Français ne sont pas tous si « mauvais élèves » dans leur...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !