Qui n’a jamais dit : « Ça n’a pas de goût ! » Avec irritation pour les plus anciens, nostalgiques des parfums du passé. Ou simplement avec fatalisme, pour les plus jeunes aux palais moins initiés. C’est le revers de la médaille de l’agro-industrie : les aliments « standard », disponibles en abondance et accessibles, semblent condamnés à être fades. Il leur manquerait...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !