Qui n’a jamais dit : « Ça n’a pas de goût ! » Avec irritation pour les plus anciens, nostalgiques des parfums du passé. Ou simplement avec fatalisme, pour les plus jeunes aux palais moins initiés. C’est le revers de la médaille de l’agro-industrie : les aliments « standard », disponibles en abondance et accessibles, semblent condamnés à être fades. Il leur manquerait...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Qui n’a jamais dit : « Ça n’a pas de goût ! » Avec irritation pour les plus anciens, nostalgiques des parfums du passé. Ou simplement avec fatalisme, pour les plus jeunes aux palais moins initiés. C’est le revers de la médaille de l’agro-industrie : les aliments « standard », disponibles en abondance et accessibles, semblent condamnés à être fades. Il leur manquerait ce petit « plus », cette saveur subtile, que seuls possèdent les produits du terroir, accrochés à leur sol et à leur climat.Ce patrimoine animal et végétal, ancien mais fragile, a été préservé et soigné par des passionnés. Mais tout n’a pas été sauvé ! En France, sur 179 races locales au sein de dix espèces, 80 % sont considérées comme menacées d’abandon pour l’agriculture, alerte l’Inra. Ce n’est guère plus brillant côté végétal : 80 % des variétés de légumes et céréales auraient disparu depuis 1945 à l’échelle mondiale, selon la FAO. La prise de conscience a été forte dans les années soixante-dix : agriculteurs, centres scientifiques et techniques ou associations se sont organisés pour enrayer la disparition de ce réservoir génétique qui pourra se révéler vital.

Reflet d’un terroir

Nous avons rencontré trois agriculteurs qui prennent part à la sauvegarde des produits du terroir. Ils sont trois exemples, parmi la centaine d’initiatives existantes. Ils ont misé sur des produits hors des sentiers battus, originaux, sur une qualité haut de gamme. Ils en vivent grâce à une valorisation en vente directe ou grâce à une filière structurée et reconnue par des signes officiels de qualité. Pour notre plaisir, ils conservent le patrimoine gastronomique français.

Pour aller plus loin, deux ouvrages : « Nos animaux domestiques. Le tour de France d’un patrimoine menacé », de E. Rousseau, J.-C. Périquet et Ph. J. Dubois, 2013, Editions Delachaux et Niestlé. « Terroir. Des races patrimoniales, des éleveurs, des produits d’excellence », de S. Brissaud, 2017, Editions Delachaux et Niestlé.